Dépêches AFP

Bissau: le chef de la majorité et un opposant en campagne pour le second tour de la présidentielle

13 décembre 2019 à 17h22 Par AFP
L'ex-Premier ministre Domingos Simoes Pereira et le candidat de l'opposition Umaro Sissoco Embalo ont lancé vendredi leur campagne pour le second tour de l'élection présidentielle en Guinée-Bissau, le 29 décembre, a constaté un journaliste de l'AFP. Bissau baignait vendredi dans une atmosphère festive avec des partisans des deux camps, en T-shirts à l'effigie de leur favori, autour de camions avec des haut-parleurs géants diffusant de la musique locale poussée à fond.Des banderoles étaient accrochées sur de nombreux édifices et aux véhicules, en ce début de campagne électorale, qui va durer jusqu'au 27 décembre.Le candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, majoritaire), M. Pereira, arrivé en tête avec 40,13% au premier tour le 24 novembre, sera opposé à un autre ancien chef de gouvernement, l'opposant Embalo qui avait obtenu 27,65%. "Si je suis élu, je (serais) capable de m'entendre avec mon adversaire Umaro Sissoco (Embalo) et tous les autres candidats (au nombre de douze au premier tour) pour qu'ensemble nous travaillons au développement de notre pays", a promis M. Pereira, devant plusieurs centaines d'étudiants à Bissau.M. Pereira, 56 ans, s'appuie sur une coalition de 10 partis, dont trois sont dirigés par des candidats malheureux au premier tour.Ingénieur en génie civil, il a milité près de 30 ans au PAIGC avant d'en prendre la tête en 2014. Il a été nommé Premier ministre en 2014 avant d'être limogé par le président José Mario Vaz en 2015.Son adversaire, Umaro Sissoco Embalo, est lui soutenu par le président sortant Vaz (quatrième avec 12,41% au premier tour), l'opposant Nuno Gomes Nabiam (3e avec plus de 13%) et l'ancien Premier Carlos Domingos Gomes (plus de 2%), dans une coalition de 18 partis sur les 49 de Guinée-Bissau."Avec tout ce monde derrière nous et le ralliement de poids lourds politiques du pays, il ne fait aucun doute que la victoire est de notre côté", a indiqué, devant une foule dans la capitale, M. Embalo, 47 ans, investi par une dissidence du PAIGC, le Madem. Général de brigade en réserve, ancien du PAIGC, il avait démissionné de la tête du gouvernement en 2018.La stabilité de la Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise de 1,8 million d'habitants en état de crise politique permanente, constitue l'enjeu majeur de cette élection.Les deux tiers de la population vivent avec moins de deux dollars par jour, et le pays est devenu une plate-forme du trafic de cocaïne, en provenance d'Amérique du Sud et à destination de l'Europe