Burkina: nouvelles vagues de déplacés après une série d'attaques

Par AFP

AFRICA RADIO

Quelque 17.500 personnes ont fui leur foyer au Burkina Faso au cours des dix derniers jours après une série d'attaques ayant fait au moins 45 morts, a indiqué vendredi le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR).

"Le HCR est vivement préoccupé par les conséquences humanitaires des récentes violences au Burkina Faso qui ont causé la mort de 45 personnes et en ont forcé plus de 17.500 autres à fuir leurs foyers au cours des 10 derniers jours", a indiqué son porte-parole Boris Cheshirkov, dans un communiqué. "Dans la région de l'Est, plus de 4.400 personnes ont fui vers les villes de Foutouri et Tankoualou, après une attaque (lundi) contre le village de Kodyel", ayant fait 25 morts, a-t-il indiqué."Dans la région Nord, la violence a poussé 10.200 personnes à fuir vers Ouahigouya - une zone qui avait déjà été le théâtre d'arrivées plus tôt cette année. Dans la région du Sahel, plus de 3.200 personnes ont été récemment déplacées", a-t-il ajouté, notant "une tendance à la hausse du nombre de personnes qui fuient leurs foyers et qui rejoignent de vastes centres urbains plus sécurisés".Ces déplacés ont "d'urgence besoin de nourriture, d'abris, d'eau potable et de soins", selon le HCR, dont l'action dans certaines zones est limitée par l'insécurité. "Des ressources supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux besoins humanitaires croissants", selon le texte. Le HCR indique que seulement 22% des 91,6 millions de dollars nécessaires ont été mobilisés. En proie depuis 2015 à des violences jihadistes entremêlées à des conflits intercommunautaires, le Burkina Faso enregistre plus de 1.147.699 de personnes déplacées, soit une hausse de 2,29% depuis février, selon le Conseil national de secours d'urgence et de réhabilitation (Conasur). Le pays accueille également plus de 20.000 réfugiés et demandeurs d'asile, principalement originaires du Mali voisin.