Côte d'Ivoire: premier meeting public des partisans de Gbagbo sous l'ère Ouattara

Par La rédaction

ABIDJAN (AFP) - (AFP)

Les partisans de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo ont organisé dimanche à Abidjan un meeting, pour "briser la peur" et réclamer sa libération, une première depuis la sanglante crise post-électorale qui a conduit à son arrestation le 11 avril.

Quelques centaines de militants du Front populaire ivoirien (FPI), le parti créé par M. Gbagbo se sont rassemblés dans le calme à Koumassi, un quartier populaire de la capitale économique ivoirienne.

"Il faut briser la peur en nous" a lancé Jules Yao Yao, député FPI de Koumassi, initiateur de cette manifestation, habillé d'un pagne à l'effigie de M. Gbagbo.

"Nous demandons au chef de l'Etat (ivoirien) Alassane Ouattara de libérer Gbagbo, parce que sans Gbagbo il n'y a point de réconciliation en Côte d'Ivoire" a affirmé à l'AFP M. Yao, membre des instances dirigeantes du FPI.

Interrogé sur des rumeurs de déstabilisation du régime actuel, il a répondu: le "FPI est pour une prise du pouvoir d'Etat par les urnes".

"Nous préférons la force des arguments à l'argument de la force"; a souligné l'opposant.

Gbagbo a été arrêté par les forces pro-Ouattara, appuyées par la France et l'ONU, après quatre mois de crise, dont deux semaines de guerre, née de son refus de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010.La crise a fait au moins 3.000 morts.

M. Gbagbo et plusieurs dizaines de personnalités de l'ancien régime sont inculpés et en détention préventive.

La démission inattendue le 11 juillet de Mamadou Koulibaly, l'ex-numéro deux assurant l'intérim de la présidence du parti, a porté un coup sévère au FPI, qui a dominé la vie politique et économique pendant une décennie.