Dakar accueuille le 11e Forum social sur fond de les crises du monde

6 février 2011 à 9h28 par La rédaction

DAKAR (AFP)

Les altermondialistes se réunissent à partir de dimanche pendant six jours à Dakar pour la 11e édition du Forum social mondial (FSM), une manifestation en contrepoint au forum économique mondial de Davos, centrée cette année sur "les crises du capitalisme et des civilisations".

Cette édition de Dakar qui va durer jusqu'au 11 février est la deuxième organisée en terre africaine après celle de Nairobi en 2007.Elle se tient dix ans après la première manifestation, en 2001 à Porto Alegre (sud du Brésil), de ce rassemblement anti-libéral.

Entre "40.000 et 50.000" personnes sont attendues à ce 11e FSM dont les présidents bolivien Evo Morales, vénézuélien Hugo Chavez, béninois Boni Yayi, guinéen Alpha Condé, de l'Union africaine (UA) Jean Ping, l'ancien dirigeant du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva, et la dirigeante du Parti socialiste français Martine Aubry, selon les organisateurs.

Les manifestations, conférences, débats, marches et ateliers, sont prévues sur plusieurs sites dont l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et Gorée, île symbole de la traite négrière, au large de la capitale sénégalaise.

Le budget prévu pour cet événement est de plus d'un milliard de FCFA (plus de 1,5 million d'euros) financé pour l'essentiel par des ONG membres du FSM.

L'édition 2011 pose "un enjeu de consolidation d'une expérience de dix ans" et "de mobilisation pour le continent africain qui est chargé de l'organiser", a déclaré à l'AFP le coordonnateur du secrétariat exécutif du Forum, Mignane Diouf, du Forum social sénégalais.

La thématique de cette édition 2011 est centrée autour des "crises du système (capitaliste) et des civilisations".

Le FSM 2001 "se tient en pleine crise sociale, suite à la crise financière (de 2008), au sauvetage de la finance par les �?tats, puis à l'explosion des plans d'austérité: les citoyens payent la crise au prix fort, tandis que la finance continue à prospérer.Les crises sociale, écologique, alimentaire, géopolitique, toutes intriquées, sont la toile de fond de ce forum, qui mettra en lumière la crise systémique du capitalisme et une crise de civilisation", a affirmé dans un communiqué l'ONG Attac France.

Ce FSM 2011 est également marqué "par les luttes sociales pour la démocratie et la justice en Tunisie, en �?gypte, en Algérie et dans la région Méditerranée dans son ensemble" où des régimes autocratiques sont confrontés à des révoltes populaires qui ont abouti à la chute du régime du président tunisien Ben Ali, ajoute Attac France.

Cette onzième édition intervient à "un moment historique où tout est explosif", a affirmé pour sa part Pouria Amirshahi qui conduit la délégation PS français au FSM de Dakar.

Mais dix ans après sa première manifestation à Porto Alegre, le FSM n'a pas empêché le capitalisme de continuer à gouverner le monde.

"Nous ne décidons pas.Nous analysons des politiques et nous faisons des propositions alternatives", a tempéré Mignane Diouf, répondant à une question sur l'efficacité de ces rencontres annuelles.

Le FSM qui a lieu juste après le Forum économique mondial de Davos, se veut le contrepoint de cette réunion du gotha politique et économique mondial dans la station de ski huppée des Alpes suisses.

"Un autre monde est possible" est le slogan de cette réunion d'activistes qui réclament un monde plus équitable, respectueux de l'environnement et pacifique.