Election surprise au poste de Premier ministre libyen intérimaire

5 février 2021 à 18h47 par AFP

AFRICA RADIO

Les participants au dialogue interlibyen réunis sous les auspices de l'ONU en Suisse ont désigné vendredi, lors d'un vote surprise, Abdel Hamid Dbeibah comme Premier ministre intérimaire, qui aura pour tâche de préparer le scrutin national prévu en décembre.

M. Dbeibah ainsi que les trois membres du Conseil présidentiel désignés avec lui devront "réunifier les institutions de l'Etat et assurer la sécurité" jusqu'aux élections, a souligné l'ONU, alors que le pays est en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Deux autorités s'y disputent le pouvoir sur fond d'ingérences étrangères: dans l'Ouest, le Gouvernement d'union nationale (GNA à Tripoli), reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie, et une autorité incarnée par Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, soutenu notamment par la Russie.

Réunis depuis lundi près de Genève dans un endroit tenu secret, les 75 membres du Forum du dialogue politique libyen (FDPL) ont voté en faveur de la liste d'Abdel Hamid Dbeibah avec 39 voix sur 73. 

- 21 jours -

Originaire de Misrata (Nord-Ouest), cet ingénieur, fondateur du mouvement Libya al-Mostakbal, a présidé la Compagnie libyenne d'investissement et de développement (Lidco) sous le régime Kadhafi. 

M. Dbeibah est un "homme d'affaires influent" et "assez controversé", estime Wolfram Lacher, chercheur à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité. 

Son colistier Mohammed Younes el-Menfi, originaire de Cyrénaïque (Est), a été élu président du Conseil présidentiel transitoire. 

Il sera épaulé par deux vice-présidents: Moussa Al-Koni, un Touareg, et Abdallah Hussein Al-Lafi, un député de Zaouia (Ouest).

"Le résultat du vote est une surprise" parce que les principales personnalités influentes étaient sur l'autre liste", estime Wolfram Lacher.

La liste de M. Dbeibah faisait en effet figure d'outsider par rapport à celle du président du Parlement Aguila Saleh et du puissant ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha.

Ce dernier a félicité sur Twitter son rival, estimant que "la démocratie s'était clairement concrétisée", alors que le Haut conseil d'Etat a salué une "nouvelle étape importante en vue d'une sortie de crise".

Le chef du GNA Fayez al-Sarraj a de son côté souhaité du "succès" au nouvel exécutif.

Choisi en 2015 Premier ministre, M. Sarraj n'a jamais pu obtenir la confiance du Parlement, basé dans l'Est, et faire reconnaître son autorité auprès de l'ensemble des forces politiques et militaires du pays. 

Le Premier ministre désigné devra "dans un délai ne dépassant pas 21 jours, former son cabinet", a expliqué l'émissaire par intérim de l'ONU en Libye Stephanie Williams.

Il disposera de 21 jours supplémentaires pour obtenir le vote de confiance au Parlement, ce qui mène, au maximum, au 19 mars, a-t-elle dit lors d'une conférence de presse.

Un premier tour avait eu lieu mardi mais aucun des candidats n'ayant atteint le seuil des 70% des voix requises, un second tour a été organisé vendredi sous le format de listes cette fois.

"Vous avez surmonté vos différences, vos défis (...) dans l'intérêt de votre pays et du peuple libyen", s'est félicitée Mme Williams. 

La prudence reste néanmoins de mise: plusieurs accords ont été conclus ces dernières années mais sans être appliqués.Et même si cette désignation constitue une avancée, le Premier ministre désigné va devoir affirmer rapidement sa légitimité sur le terrain auprès d'une myriade d'acteurs politiques, dont certains ont déjà pris leurs distances avec les pourparlers de Genève.

- "Amnistie"-

Après l'échec d'une offensive lancée par le maréchal Haftar en avril 2019 pour conquérir Tripoli, les deux camps ont conclu un cessez-le-feu en octobre et retrouvé le chemin du dialogue.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a ordonné jeudi à Antonio Guterres de déployer une avant-garde d'observateurs du cessez-le-feu en Libye.

Mme Williams a souligné la nécessité d'appliquer le cessez-le-feu, disant que le gouvernement devait notamment s'assurer "du départ des mercenaires et forces étrangères".

Elle a en outre appelé le nouvel exécutif à "lancer un processus global de réconciliation nationale basé sur les principes de la justice transitionnelle" et "à promouvoir la culture de l'amnistie et de la tolérance parallèlement à la recherche de la vérité et des réparations".

La Russie, la Turquie, l'Italie et l'Egypte ont salué la désignation de la nouvelle équipe.

Le dialogue interlibyen a été lancé en Tunisie en novembre 2020, et ses participants se sont mis d'accord sur la tenue d'élections "nationales" le 24 décembre 2021.