Dépêches AFP

Kenya: interdiction des déplacements vers et au départ de Nairobi

06 avril 2020 à 14h47 Par AFP
Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a interdit lundi les déplacements vers et au départ des quatre principaux foyers de contamination au nouveau coronavirus dans le pays, dont la capitale Nairobi, à quelques jours du weekend de Pâques. Dans un discours à la Nation télévisé, le président Kenyatta s'est abstenu d'ordonner un confinement complet, mais il a prévenu qu'il était prêt à "aller encore plus loin si c'est nécessaire".Il a annoncé "la fin de tous les mouvements par route, rail ou air vers et au départ de Nairobi", à compter de lundi 19H00 (16H00 GMT) et pour une durée de 21 jours.La même mesure s'appliquera à partir de mercredi même heure pour les villes et comtés côtiers de Kwale, Kilifi et Mombasa, la deuxième ville du pays. Les déplacements restent autorisés à l'intérieur de ces régions dans le respect du couvre-feu nocturne déjà mis en place."Les mouvements pour l'approvisionnement en nourriture et autres marchandises continueront normalement pendant la période déclarée de confinement par route, voie ferrée et air", a précisé M. Kenyatta.Dès la confirmation du premier cas au Kenya le 13 mars, des habitants de Nairobi avait gagné en masse leur village d'origine en province. Le gouvernement a sans doute voulu éviter un nouvel exode similaire avant le weekend de Pâques, qui donne ordinairement lieu à de grands départs.Le Kenya compte officiellement 158 cas et 6 morts de coronavirus, pour la plupart à Nairobi et sur la côte. C'est le deuxième pays le plus touché d'Afrique de l'Est, après l'île Maurice (244 cas).Le couvre-feu nocturne de 19H00 à 05H00 est la principale mesure adoptée par le gouvernement kényan pour limiter la propagation du coronavirus.Le couvre-feu a été marqué par plusieurs incidents de brutalité policière, ce qui a incité M. Kenyatta à appeler lundi la police à "faire preuve de tact" tout en restant "ferme" et juste" dans la mise en application des différentes mesures.Les autorités kényanes ont aussi fermé les frontières, les établissements scolaires, et incité les gens à privilégier le télétravail et éviter les rassemblements.