L'agresseur somalien d'un caricaturiste de Mahomet nie tout lien avec les shebab

Par La rédaction

COPENHAGUE (AFP)

Un Somalien de 29 ans inculpé de tentative de meurtre visant le caricaturiste danois de Mahomet Kurt Westergaard a nié lundi, au troisième jour de son procès, tout lien avec les islamistes somaliens shebab qui ont fait allégeance à Al-Qaïda.

Selon le service du renseignement danois PET, l'accusé Mohamed Geele est proche des islamistes somaliens d'Al-Shebab et de responsables du réseau d'Al-Qaïda en Afrique de l'Est.

"C'est Al-Shebab qui dirige la partie sud (de la Somalie).Je les considère comme une sorte de gouvernement.Mais je ne connais personne personnellement de cette organisation", a déclaré le Somalien à la barre du tribunal d'Aarhus (centre), selon l'agence danoise Ritzau.

Le ministère public a présenté lundi des écoutes et des documents de filature des services du renseignement danois montrant notamment qu'il avait consulté les sites Google et Youtube pour rechercher des Somaliens, dont un chef terroriste présumé lié à Al-Qaïda, Saleh Nabhan, qui a été tué au cours d'une attaque américaine.

Les consultations sur internet de Mohamed Geele, dont le visionnage de vidéos de soldats africains masqués à l'entraînement sur fond d'hymnes religieux, ont eu lieu trois mois avant son attaque à la hache et au couteau contre M. Westergaard au soir du 1er janvier 2010.

Le dessinateur avait eu la vie sauve en se réfugiant dans la salle de bains sécurisée de sa maison.

"Comme tout le monde, j'utilise internet pour savoir ce qui se passe dans le monde et particulièrement dans le pays d'où je viens", a expliqué le Somalien.

Le prévenu a reconnu également qu'il avait "un plan", réitérant ses propos de la semaine dernière sur son intention de "faire peur et non tuer" le dessinateur.

Ce dernier "ne cessait", a-t-il dit, de "défendre les caricatures et d'en être fier en dépit des conséquences dramatiques" de ces publications, "où des gens sont morts" au cours des manifestations de protestations en 2006 dans le monde musulman.

Le Somalien, qui nie les faits depuis son arrestation le soir du 1er janvier 2010, risque la prison à vie.Il est inculpé de tentatives de terrorisme et de meurtre ainsi que d'agression d'un policier et de détention illégale d'armes.