Le Malawi "relativement calme" au lendemain d'émeutes violentes

Par La rédaction

BLANTYE (Malawi) (AFP) - (AFP)

 Le Malawi, théâtre de violentes émeutes mercredi qui ont fait au moins un tué par balles, était "relativement calme" jeudi matin, selon un porte-parole de la police contacté par l'AFP.

Le bilan des émeutes, qui ont touché plusieurs villes, était difficile à établir de sources indépendantes jeudi.

Selon le militant des droits de l'Homme, Maurice Munthali, cité par les médias locaux, sept personnes pourraient avoir été tuées lorsque la police a ouvert le feu sur les manifestants dans la ville de Mzuzu (nord).

Edward Longwe, responsable de la police à Mzuzu, contacté par téléphone par l'AFP, a déclaré: "Pour l'instant, je ne suis pas certain du nombre de personnes qui ont été tuées".Un autre porte-parole, de la police nationale, a démenti: "Les choses sont relativement calmes aujourd'hui.Il n'est pas vrai que sept personnes ont été tuées.Il y a probablement un mort".

Mercredi soir, des sources hospitalières dans la ville, contactées par l'AFP, avaient fait état d'un mort et de six blessés par balles.

L'association de défense des droits de l'Homme Amnesty International, dans un communiqué dénonçant les violences policières, fait état "d'au moins deux personnes tuées par balles".

"Là où des gens ont été tués ou grièvement blessés par suite de l'intervention de la police, les autorités doivent diligenter une enquête rapide, indépendante et minutieuse", a réclamé Erwin van der Borght, le directeur d'Amnesty International pour l'Afrique.

Selon M. Longwe, la vie à Mzuzu avait repris son cours jeudi matin et les marchés étaient ouverts comme à l'accoûtumée.