Le Sahara occidental au centre d'une rencontre Maroc-Tunisie

16 mars 2011 à 18h18 par La rédaction

RABAT (AFP)

La question du Sahara occidental "constitue un obstacle" à l'union du Maghreb, en panne depuis de longues années, a affirmé mercredi à Rabat le nouveau Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi lors d'un entretien avec le roi Mohammed VI.

"Il est important de trouver une solution politique et définitive à cette question conformément à la légalité internationale", a déclaré le responsable tunisien au cours de cette entrevue.

Le processus de regroupement de l'Union du Maghreb arabe (UMA), stoppé à cause du conflit du Sahara occidental, a été l'un des principaux sujets que le roi du Maroc a évoqué avec Béji Caïd Essebsi.

Ce dernier est arrivé mardi à Rabat en provenance d'Alger pour sa première tournée à l'étranger après les changements en Tunisie.

L'UMA dont le traité fondateur a été signé en 1989 comprend outre le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie.

Selon le communiqué du cabinet royal, le roi a affirmé à son interlocuteur "la nécessité de consolider les fondements" de l'UMA "en tant que choix stratégique incontournable, et en tant que mécanisme de coopération et de solidarité entre les cinq Etats".

Le nouveau Premier ministre a par ailleurs exposé devant au roi les "développements" de la situation dans son pays, ainsi que les "mesures de réforme prises" par son gouvernement, toujours selon la même source.

Le souverain a exprimé à cet égard "son appréciation" et "s'est félicité de voir que les différentes composantes en Tunisie adhèrent unanimement à la voie du dialogue (...) afin que le peuple tunisien frère puisse réaliser ses aspirations en termes de quiétude, de stabilité, de progrès et de prospérité".

S'agissant des événements en cours dans certains pays arabes, notamment la Libye, le Premier ministre tunisien a salué les "positions sages de Sa Majesté le roi à ce sujet, affirmant partager la grande préoccupation du souverain face "à l'escalade des violences et des combats dans ce pays frère (ndlr: Libye), et de leurs retombées sur la stabilité et la sécurité dans la région".

Après l'audience royale qui s'est déroulée en présence du Premier ministre marocain Abbas El Fassi M. Caïd Essebsi a quitté le Maroc à destination de son pays.