Le Soudan du Sud entame le processus d'élaboration de sa constitution

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Soudan du Sud a entamé mardi au cours d'une cérémonie officielle présidée par le chef de l'Etat, Salva Kiir, le processus d'élaboration de sa constitution, conformément à l'accord de paix de 2018.

Plus jeune pays au monde, le Soudan du Sud ne dispose pas d'une constitution permanente, près de dix ans après son accession à l'indépendance, en juillet 2011. Jusqu'à présent, ce pays ravagé par des années de guerre civile a été régi par des constitutions de transition."Cette réunion ayant pour but d'élaborer un plan pour la constitution permanente de la République du Soudan du Sud, il est absolument essentiel qu'elle reflète les aspirations de notre peuple à la liberté, à l'égalité, à la justice et à la prospérité pour tous", a déclaré M. Kiir lors du lancement du processus à Juba, la capitale.Toutes les parties signataires de l'accord, dont les partenaires internationaux tels l'Union africaine, l'Union européenne et l'ONU, étaient présents. Pour Oyet Nathaniel, délégué de l'ancien groupe rebelle SPLM-IO (Mouvement de libération du peuple soudanais, de l'actuel premier vice-président Riek Machar), la future loi suprême devra mettre fin à certaines prérogatives du président. "Les pouvoirs donnés au président sont inacceptables, ce sont des pouvoirs considérables. Nous espérons que le peuple regagnera ses pouvoirs avec la nouvelle constitution", a-t-il déclaré à l'AFP. Le président sud-soudanais peut, par exemple, renvoyer des dirigeants élus comme des gouverneurs ou des parlementaires.Le processus constitutionnel doit s'achever dans 24 mois. Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque le président Kiir a accusé M. Machar de fomenter un coup d'État. Le conflit, marqué par des atrocités et le recours au viol comme arme de guerre, a fait plus de 380.000 morts et des millions de déplacés.Un cessez-le-feu signé en septembre 2018 et la formation en février 2020 d'un gouvernement d'union nationale entre les deux ennemis jurés ont mis fin à plus de six ans de guerre civile, mais de nombreuses régions restent ravagées par des conflits localisés.Début mai, M. Kiir a, toujours dans le cadre de l'accord de paix, dissous puis reconstitué l'Assemblée nationale. L'accord prévoit également la formation d'une armée nationale unifiant les forces des deux camps autrefois ennemis.