Libéré par des pirates somaliens, un couple britannique "heureux d'être en vie"

14 novembre 2010 à 17h30 par La rédaction

MOGADISCIO (AFP)

Deux retraités britanniques, Paul et Rachel Chandler, ont déclaré être "heureux d'être en vie" dimanche après leur libération par des pirates somaliens qui les ont enlevés il y a plus d'un an à bord de leur voilier au large des Seychelles.

Le couple est apparu en bonne santé et souriant lors de brèves déclarations à la presse devant des journalistes pendant un arrêt à Mogadiscio, l'une des villes les plus dangereuses au monde, sur leur route vers Nairobi au Kenya voisin.

Après 388 jours de détention, Paul et Rachel Chandler étaient arrivés auparavant à Adado, ville proche de la frontière avec l'Ethiopie où ils ont été remis par les pirates aux forces du gouvernement auto-proclamé de la région autonome de Himan et Heeb.Ils avaient été amenés dans la nuit de la ville d'Amara (centre) où ils ont passé la majeure partie de leur captivité.

"Nous sommes très heureux d'être en vie et d'être là (...) parmi des gens ordinaires", a déclaré Rachel Chandler à Mogadiscio.Elle a ajouté être impatiente "de revoir sa famille et ses amis" tout en remerciant les Somaliens qui ont aidé à leur libération.

Après avoir été salués par des responsables au palais présidentiel à Mogadiscio, cible régulière des milices proches d'Al-Qaïda, Rachel est montée dans un avion, vêtue d'une cape rouge et de vêtements neufs.Son époux Paul l'a suivie en prenant des photos sur le tarmac.

Le couple est ensuite arrivé sur une base militaire à Nairobi, en évitant la presse.Ils doivent subir un débriefing et un examen médical mené par une commission britannique.

A Londres, la nouvelle de leur libération a été qualifiée de "formidable" par le Premier ministre David Cameron.

A Adado, le couple était apparu fatigué mais heureux alors qu'on lui remettait des téléphones portables pour appeler ses proches, selon un journaliste de l'AFP.

"Non, nous n'avons pas été bien traités", a déclaré Rachel Chandler à son arrivée, en réponse à une question.

Les Chandler avaient les mêmes vêtements qu'ils ont portés pendant presque toute leur captivité et ils ont été invités à prendre une douche dans le quartier général du "président" Mohamed Moalim Aden Ticey.

Le couple, originaire du Kent, a ensuite quitté Adado à la mi-journée (09H00 GMT) pour s'envoler vers Mogadiscio pour une courte étape, avant de gagner Nairobi.

Un accord avait été trouvé avec les pirates ces derniers jours et si aucun responsable engagé dans la négociation n'a mentionné le versement d'une rançon, les notables de la région ont affirmé que les Chandler avaient été libérés moyennant une somme d'argent.

"Près de 320.000 dollars ont été versés aux pirates", avait affirmé samedi à l'AFP Abdullahi Mohamoud, un ancien, à Adado.Cette somme s'ajouterait aux 400.000 dollars déjà versés lors d'une tentative de libération qui avait échoué plus tôt cette année.Certains ont évoqué un montant proche du million de dollars.Les pirates avaient au départ exigé sept millions de dollars.

Le montant de la rançon aurait été réuni par la famille Chandler et par des membres de la diaspora somalienne, le gouvernement britannique étant strictement opposé à tout versement de rançon.

Les Chandler avaient été enlevés le 23 octobre 2009, un jour après avoir quitté les Seychelles où ils avaient passé plusieurs semaines de vacances, s'aventurant dans l'Océan Indien à bord de leur yacht -le Lynn Rival-, à la surprise des pirates eux-mêmes.

"C'est vraiment de la chance!Personne ne s'attendait à ce que deux (plaisanciers) osent naviguer ces temps-ci dans l'océan Indien à bord d'un voilier", avait alors commenté le chef d'un des groupes de pirates somaliens, Abdi Yare.