Liberia: une quarantaine d'habitations détruites par la mer

Par La rédaction

MONROVIA (AFP)

Une quarantaine d'habitations précaires construites en bord de mer à Monrovia, dans lesquelles vivaient environ 300 personnes, ont été détruites lundi par les vagues.

Ces habitations faites de bois et de tôles se sont toutes effondrées sous l'effet de très fortes vagues accompagnées de pluies torrentielles.

"La mer, très forte, a presque tout emporté dans la pièce où je me trouvais et on ne pouvait rien faire car la mer est plus forte que nous", a déclaré à l'AFP James Thomas, un des habitants sinistrés.Une autre victime, Cletus Sieh, a fait part de son intention de vendre le peu qui a résisté chez lui, après avoir perdu argent, nourriture et vêtements.

La capitale libérienne est entourée par la mer.L'érosion des côtes qui affecte toute la côte du pays bordant l'Océan Atlantique, a déjà entraîné la disparition de nombreuses plages et met en danger les communautés qui ont construit trop près du bord.

L'Agence nationale de protection de l'environnement (EPA) met l'érosion sur le compte de la montée des eaux dans le monde et de l'utilisation du bois des mangroves - barrière naturelle contre les tempêtes - et du sable des plages pour le bâtiment et les travaux publics.

Pour faire face, le gouvernement du Liberia, un des pays les plus pauvres au monde, a peu de moyens, se contentant le plus souvent d'installer de gros blocs de pierres et autres matériaux pour tenter d'empêcher les assauts de l'océan et d'inciter les gens à ne pas construire en bord de mer.