Libye: combats dans l'ouest et tirs de Grads avant la bataille d'Al Assabaa

Par La rédaction

GOUALICH (Libye) (AFP) - (AFP)

Les rebelles de l'ouest libyen, qui préparent la bataille d'Al Assabaa, dernière ville avant Gharyane au sud de Tripoli, ont mené une attaque lundi à environ 20 km de la ligne de front tandis que les pro-Kadhafi tiraient de nombreuses roquettes, a constaté l'AFP.

"Ce matin à 05H00 (03H00 GMT), les rebelles ont attaqué dans la montagne de Zarat près de Keklah", à 15 km au nord-ouest de la ligne de front sur le hameau de Goualich, lui-même à une soixantaine de kilomètres de Gharyane, a affirmé Wael Brachen, commandant d'un petit groupe de rebelles.

"La bataille a duré quatre heures", a précisé le responsable d'un centre ouvert pour les médias à Keklah, Reduan Alqadi, selon qui il n'y a pas eu de victime.

Après plusieurs semaines d'enlisement du conflit, les insurgés ont déclenché mercredi à partir des montagnes de Nefoussa (sud-ouest de Tripoli) une offensive dans l'ouest de la Libye, s'emparant de Goualich.Ils visent maintenant Al Assabaa, à 17 km du front, dernière ville avant Gharyane, verrou stratégique ouvrant la voie vers Tripoli.

Durant cette bataille, les forces du colonel Kadhafi ont utilisé des roquettes et des armes anti-aériennes Chelqa montées sur des blindées (23,4 de calibre) ainsi que des batteries anti aériennes (14,5).Les rebelles ont quant à eux utilisé des mitrailleuses (14,5) et des roquettes RPG.

Depuis l'aube, les forces gouvernementales tiraient de leur côté de nombreuses roquettes Grad et au canon anti-char notamment près de Keklah et de Goualich."Depuis deux heures du matin, les forces de Kadhafi frappent par intermittences", a expliqué Wael Brachen.

Les tirs se sont poursuivis en milieu de journée.En une demi-heure, une journaliste de l'AFP a entendu une douzaine de tirs.Selon M. Alqadi, les forces gouvernementales visent une ligne allant de Keklah à Al Assabaa.Selon un médecin de Keklah, Hussein Al Hachmi, une trentaine de roquettes ont touché le village, dont des maisons désertées par les civils.

Dimanche soir, de "petits combats" ont en outre opposé les rebelles aux forces gouvernementales à un kilomètre de Goualich, sans faire de blessé dans leurs rangs, selon M. Brachen.

"Nous nous préparons pour Al Assabaa, nous ne savons pas quand mais il y aura une bataille" très bientôt, a déclaré lundi le colonel Juma Brahim, chef du centre opérationnel militaire pour cette zone, interrogé à Zenten, centre névralgique de la région.

Les rebelles de l'ouest du pays sont parallèlement passés à l'attaque sur la côte, progressant vers le centre-ville de Zliten, à 150 km à l'est de Tripoli.