Nigeria: retour de centaines de réfugiés qui avaient fui au Cameroun

Par AFP

AFRICA RADIO

Des centaines de réfugiés nigérians qui vivaient dans un camp au Cameroun ont retrouvé lundi leur pays, sept ans après avoir fui les violences jihadistes du nord-est du Nigeria, ont affirmé à l'AFP des sources sécuritaires et humanitaire.

Ces premiers départs volontaires s'inscrivent dans le cadre d'un accord passé en février entre le Cameroun et le Nigeria, qui prévoit le retour volontaire au Nigeria de quelque 5.000 réfugiés."100 familles, soit 342 personnes" sont parties du camps de réfugiés de Minawao, dans l'Extrême-Nord du Cameroun, qui accueille 65.000 réfugiés nigérians, a affimé à l'AFP Xavier Bourgois, porte-parole du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) au Cameroun.Ces familles sont arrivées lundi à Banki, dans le nord-est du Nigeria "dans neuf bus et deux camions aux alentours de 13H30 GMT", a confirmé le responsable d'une milice pro-gouvernementale antijihadiste Modu Gana, joint depuis Banki au téléphone.Banki est située à 130 kilomètres au sud-est de la capitale régionale de l'Etat du Borno, Maiduguri, et abrite déjà quelque 45.000 déplacés ayant fui les violences dans la zone. La ville est sporadiquement la cible d'attaques jihadistes ces dernières années et reste quasiment inaccessible pour des raisons de sécurité."Ce premier groupe sera temporairement hébergé dans des boutiques sur le marché", a indiqué à l'AFP Kyari Abdiye, membre d'une autre milice, impliqué dans la réinstallation des réfugiés. Les anciens réfugiés seront d'abord soumis à des vérifications, avant d'être "autorisés à emménager dans les maisons qu'ils avaient désertées en 2014", a-t-il dit.Le nord-est du Nigeria est en proie à un conflit meurtrier depuis 2009 et le lancement d'attaques par les islamistes de Boko Haram.En 2016, le groupe s'est scindé, avec d'un côté la faction historique et de l'autre, l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), reconnu par l'Etat islamique.L'insurrection jihadiste a fait quelque 36.000 morts et deux millions de déplacés dans le nord-est. Les violences se sont propagées au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins. Au total, le Cameroun accueille 117.826 réfugiés nigérians.