Rwanda: une opposante appelle au rejet des résultats de la présidentielle

Par La rédaction

NAIROBI (AFP)

Une opposante rwandaise sous contrôle judiciaire, Victoire Ingabire, a appelé jeudi les bailleurs de fonds du Rwanda à ignorer les résultats de la présidentielle de lundi remportée par le chef de l'Etat sortant Paul Kagame avec 93 % des voix.

Mme Ingabire, qui avait voulu se présenter au scrutin dont l'opposition était de facto exclue, est présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU), une formation qui n'est pas encore reconnue par les autorités.

"Nous appelons la communauté internationale, les partenaires bilatéraux et les donateurs à rejeter cette farce électorale et ses résultats", écrit l'opposante dans un communiqué.

Elle a exigé "de nouvelles élections libres, équitables et transparentes".

"Reconnaître les résultats de cette mascarade reviendrait à récompenser la violence comme moyen d'accéder au pouvoir et le maintenir au Rwanda", juge Mme Ingabire, pour qui le président réélu manque de "légitimité politique".

"Le peuple rwandais ne peut pas être otage et privé de ses droits politiques et civils au nom de prétendus miracles économiques", poursuit-elle dans ce communiqué rédigé en anglais.

La présidente des FDU affirme par ailleurs qu'un membre de son parti, Béatrice Uwimana, est portée disparue depuis le 24 juin.

Une autre formation politique non encore agréée, le Parti démocratique vert, a également dénoncé le déroulement du processus électoral, mais sans demander l'annulation du scrutin.

"L'élection a été menée d'une telle façon que beaucoup de Rwandais étaient drapés dans une couverture de peur", écrit le président du parti, Frank Habineza dans un communiqué.

Pour lui, "l'absence d'une réelle opposition demeure une question fondamentale que le gouvernement du Rwanda ne devrait pas tenter d'ignorer".

"Maintenant que les élections sont terminées, nous avons besoin d'une paix durable et d'un développement durable; nous avons besoin de résoudre tous ces problèmes pendants en vue d'aller véritablement de l'avant", poursuit M.Habineza, un transfuge du Front patriotique rwandais (FPR), le parti présidentiel.