Soudan: la violence prive de soins 14.000 enfants au Darfour

31 juillet 2020 à 9h46 par AFP

AFRICA RADIO

La violence qui sévit dans une partie du Darfour, dans l'ouest du Soudan, prive de soins et de nourriture plus de 14.000 enfants, a déploré vendredi l'organisation Save the children dans un communiqué.

Quelque 500 hommes armés ont attaqué le 25 juillet la localité de Masteri, dans le Darfour-Ouest, faisant 61 morts et 88 blessés, dont 35 dans un état critique. C'est le dernier d'une série d'incidents violents survenus récemment dans la région.Selon Save the children, cinq enfants figurent parmi les morts et neuf autres ont été blessés."Une flambée de violence tribale dans le Darfour-Ouest a privé de services de santé plus de 14.000 enfants car nous avons été contraints de fermer deux dispensaires et un bureau local à Masteri", a souligné l'ONG, précisant que ces deux établissements fournissaient "à la fois des services de santé mais aussi de la nourriture aux enfants de cette région".L'assaut a provoqué la panique parmi les habitants de Masteri et des villages environnants, a indiqué mardi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l'ONU.Ainsi 2.000 familles --soit environ 10.000 personnes-- ont fui vers la ville d'El-Geneina, à une cinquantaine de kilomètres de Masteri, et 200 autres --soit un millier de personnes-- ont traversé la frontière vers le Tchad.Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a annoncé le 26 juillet que les forces de sécurité seraient déployées au Darfour pour y protéger "les citoyens et la saison agricole"."C'est totalement injustifiable que des enfants soient tués et blessés par cette violence (...) Si ces centres ne sont pas rouverts bientôt, les risques pour la vie des enfants vont s'accroitre alors qu'il y a déjà 1,1 million d'enfants qui souffrent de la faim au Soudan", a affirmé Arshad Malik, directeur pour le Soudan de Save the Children, cité dans le communiqué.Dans cette immense région de 400.000 km2, dont presque la moitié est désertique, des années de violences opposent sur la question sensible des terres et de l'eau les tribus nomades arabes aux agriculteurs issus de tribus africaines.M. Malik a appelé "le gouvernement soudanais à enquêter sur la mort de ces enfants et à traduire en justice les responsables" des violences.