Une foule de milliers de personnes se presse à la frontière Libye-Tunisie (HCR)

2 mars 2011 à 13h09 par La rédaction

GENEVE (AFP)

Une foule de milliers de personnes venant de Libye se presse à la frontière tunisienne, a déclaré mercredi une porte-parole du HCR, qui a lancé un nouvel appel pour que des "centaines d'avions soient affrétés" afin d'évacuer les gens.

"Ils sont dehors par un froid glacial, sous la pluie et beaucoup d'entre eux ont déja passé trois ou quatre nuits à la belle étoile" a indiqué à l'AFP Sybella Wilkes, porte-parole du HCR.

"C'est vraiment le chaos.En Egypte, quelque 77.320 personnes sont déjà passé et à peu près pareil, peut-être 10.000 de plus, ont pu passer en Tunisie" a-t-elle précisé, ajoutant que "près de 150.000 personnes ont fui la Libye" ces derniers jours.

Pour sa part, Jean-Philippe Chauzy de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué à l'AFP que "les capacités d'accueil en Tunisie sont saturées".

"Il faut absolument une assistance pour offrir un retour à des gens qui ne demandent qu'à rentrer" chez eux, a-t-il dit, précisant que 12 pays dont les Philippines, le Bangladesh et le Sri Lanka ont demandé de l'aide à l'OIM pour le retour de migrants travaillant comme contractuels en Libye.

 Les autorités tunisiennes ont indiqué mercredi craindre "une catastrophe humanitaire" alors que, au poste-frontière de Ras Jedir, des milliers de personnes "au rythme de 10.000 par jour" continuent d'affluer.

Mardi soir, le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont lancé un "appel urgent" à la communauté internationale en vue d'une évacuation humanitaire massive de dizaines de milliers d'Egyptiens et d'autres nationalités qui ont fui la Libye" et se trouvent en attente à la frontière avec la Tunisie.

La situation à la frontière entre la Libye et la Tunisie a atteint un niveau critique après le passage de 70.000 à 75.000 personnes fuyant la répression de Tripoli depuis le 20 février, et quelque 40,000 personnes attendent actuellement à la frontière du coté libyen pour entrer en Tunisie, selon le HCR.

Dans un communiqué, les deux organisations indiquent avoir mis au point, en "consultation avec les gouvernements tunisien et egyptien, une opération conjointe d'évacuation qui vise à améliorer considérablement les efforts pour soulager la crise humanitaire à la frontière de la Tunisie".

Elles demandent à la communauté internationale "de fournir urgemment des moyens financiers et logistiques massifs dont des avions, des bateaux et du personnel spécialisés pour participer à l''effort d'évacuation.

Les deux organisations qualifient cette opération "d'essentielle" alors que la situation à la frontière "empire d'heure en heure" en raison de la surpopulation, selon le HCR.

Répondant à l'appel, le gouvernement français a annoncé mercredi qu'il allait utiliser des rotations d'avions gros porteurs et un navire pour évacuer prochainement vers l'Egypte au moins 5.000 travailleurs égyptiens réfugiés à la frontière tuniso-libyenne.