Présidentielle en Gambie: le président sortant officiellement candidat

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président gambien Adama Barrow a déclaré jeudi sa candidature à l'élection présidentielle du 4 décembre, à quelques jours du démarrage officiel de la campagne électorale prévu la semaine prochaine.

Des milliers de ses partisans ont défilé dans les rues de la capitale Banjul pendant que Barrow soumettait officiellement sa candidature à la Commission électorale de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest. L'élection du 4 décembre sera la première depuis le départ de l'ancien dictateur Yahya Jammeh. Elle est considérée comme un test de la transition démocratique du pays. "Quoi que le peuple gambien décide, je le respecterai parce que je suis un démocrate et je crois en l'état de droit et en la démocratie", a déclaré Barrow, 56 ans, aux journalistes. Yahya Jammeh a pris le pouvoir en Gambie en 1994 lors d'un coup d'État militaire sans effusion de sang. Il a ensuite été réélu à plusieurs reprises dans des circonstances controversées jusqu'à sa défaite en décembre 2016 devant Adama Barrow, qui était alors un inconnu. Après une crise de six semaines qui a conduit à l'intervention militaire d'autres États d'Afrique de l'Ouest, Jammeh a été contraint à l'exil en Guinée équatoriale. Des militants des droits de l'homme l'ont accusé d'avoir commis plusieurs crimes au cours de ses 22 ans de règne. Il lui est notamment reproché l'utilisation d'escadrons de la mort, le viol d'une reine de beauté et le soutien à une chasse aux sorcières, entre autres. Cependant, l'ancien dictateur a conservé un soutien considérable en Gambie, soulevant des questions sur son influence continue dans la nation de deux millions d'habitants. Par exemple, le parti NPP de Barrow a formé une alliance électorale avec l'APRC de Jammeh en septembre, une décision considérée comme un stratagème électoral par certains et dénoncée par les militants des droits humains. Jammeh a par la suite rejeté cette décision - qui, selon lui, avait été prise à son insu - et ses partisans ont créé un parti rival. Dix-neuf candidats ont jusqu'ici déposé leurs dossiers de candidature à la commission électorale pour approbation. La campagne commence officiellement le 9 novembre.