RDC: 33 rebelles tués au Sud-Kivu, selon l'armée

AFRICA RADIO

4 février 2022 à 14h51 par AFP

L'armée congolaise a annoncé vendredi avoir tué une trentaine d'hommes armés dans une contre-offensive menée face à des milices locales alliées à des rebelles burundais, au Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo.

Cette "opération de grande envergure" a été menée du mercredi à jeudi contre "les groupes Maï-Maï (milices communautaires, ndlr) alliés aux rebelles FNL (Forces nationales de libération du Burundi) et RED-Tabara burundais", dans le groupement Katonera, indique un communiqué du porte-parole de l'armée dans la région, le lieutenant Marc Elonga Kyondwa. Le bilan est de "33 miliciens neutralisés (tués) dont trois leaders", indique cette source. "Les opérations en profondeur continuent, tout est sous contrôle des FARDC (armée congolaise)", affirme-t-elle. "Il s'agit de la riposte de l'armée contre ces groupes rebelles dans les montagnes surplombant la ville d'Uvira" après l'attaque de l'une de ses positions, a expliqué à l'AFP le lieutenant Elonga. Mercredi et jeudi, "des détonations d'armes lourdes et légères en provenance de ces collines étaient entendues" depuis la ville d'Uvira, située à environ 7 km de la ligne des combats, a déclaré André Byadunia, président de la société civile locale. Les groupes rebelles burundais FNL et RED-Tabara ont leurs bases arrières dans l'est de la RDC, une région déstabilisée depuis plus de 25 ans en raison de la présence de dizaines de groupes armées locaux et étrangers. L'armée congolaise accuse régulièrement les rebelles burundais de s'allier avec des milices locales et de faire régner l'insécurité dans les territoires d'Uvira, Fizi et Mwenga, dans la province du Sud-Kivu.