Algérie: cinq ans de prison pour l'ex-ministre de l'Industrie

AFRICA RADIO

17 février 2022 à 11h36 par AFP

Un tribunal algérien a condamné jeudi l'ancienne ministre de l'Industrie, Djamila Tamazirt, à cinq ans de prison ferme pour corruption, selon l'agence de presse officielle APS.

Le tribunal de Sidi M'Hamed à Alger a assorti cette condamnation de Mme Tamazirt d'une amende de 300.000 dinars (environ 1.900 euros) et ordonné la saisie de tous ses avoirs et fonds déposés sur ses comptes bancaires. Elle était accusée de "dilapidation de deniers publics", d'"abus de fonction pour obtention de privilèges indus" et d'"octroi d'avantages indus" lorsqu'elle était directrice du groupe public d'agroalimentaire Eriad, entre 2009 et 2015. Mme Tamazirt, ministre dans le dernier gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika, faisait aussi l'objet du chef d'accusation de "fausse déclaration de patrimoine". Elle avait déclaré détenir cinq comptes bancaires, alors que l'enquête a révélé qu'elle en détenait 12, selon l'agence APS. Lors du procès, le parquet avait requis 10 ans de prison ferme contre Mme Tamazirt. Hafidh Akhenach, époux de l'ex-ministre, a été condamné à deux ans de prison ferme. Son beau-frère, Nacer Belmakki, a été condamné à deux ans de prison ferme par contumace et un mandat d'arrêt international a été émis à son encontre. Après la chute, le 2 avril 2019, du président Bouteflika sous la pression des manifestations du mouvement pro-démocratie Hirak et de l'armée, la justice a lancé une série d'enquêtes sur des affaires auxquelles étaient mêlés les membres de son entourage.