Eswatini: des soignants visés par des tirs à balles réelles pendant une manifestation

Par AFP

AFRICA RADIO

Les forces de sécurité en Eswatini, dernière monarchie absolue d'Afrique, ont tiré à balles réelles pour disperser une manifestation anti-régime organisée par des personnels soignants, blessant une trentaine d'entre eux, a annoncé jeudi leur syndicat.

Cette manifestation s'est déroulée mercredi, lorsque le royaume a coupé l'accès à internet, rendant difficile la collecte d'informations à travers le pays. Internet était toujours coupé jeudi. "Des infirmiers et d'autres salariés convergeant vers le Parc Coronation ont été confrontés à une démonstration de force sans précédent de la police et de l'armée", écrit le syndicat du personnel soignant dans un communiqué. "Ils ont été brutalement dispersés et éparpillés à travers la capitale. Alors qu'ils étaient en train de courir, ils ont été visés par des tirs à balles réelles", ajoute la même source. Quatre personnes ont été transférées en chirurgie pour des blessures par balles et une trentaine de soignants ont été traités pour leurs blessures, poursuit le syndicat des infirmières. Les 30 soignants font partie des 80 personnes blessées mercredi dans des manifestations anti-régime qui se sont propagées dans le pays, qui s'appelait autrefois le Swaziland. Une personne a également été tuée au cours de ces manifestations, selon le syndicat des fonctionnaires. Le parti communiste du Swaziland a comparé la situation dans le plus grand hôpital à Mbabane, la capitale, à une "zone de guerre". Les sols des hôpitaux étaient "inondés de sang", a ajouté le parti, ajoutant que la police "avait envahi l'hôpital, en tirant même sur des infirmiers qui s'occupaient des blessés, aggravant la situation". Des policiers et des soldats lourdement armés s'étaient déployés en masse mercredi à Mbabane et Manzini. Depuis plusieurs semaines, le petit pays pauvre et enclavé d'Afrique australe est secoué par une vague de protestations pour réclamer la démocratie. Couronné en 1986 à l'âge de 18 ans, le roi Mswati III qui a 15 épouses et plus de 25 enfants, est décrié pour sa poigne de fer et son train de vie fastueux dans un pays dont les deux tiers de la population vivent sous le seuil de pauvreté.