L'Ethiopie dit avoir terminé la 3e phase du remplissage de son mégabarrage

AFRICA RADIO

12 août 2022 à 9h21 par AFP

L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu, en dépit des protestations du Soudan et de l'Egypte, riverains du Nil en aval.

"Ce que vous voyez derrière moi, c'est le 3e remplissage terminé", a annoncé le Premier ministre Abiy Ahmed dans un discours télévisé depuis le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (Gerd), situé dans le nord-ouest du pays, et présenté comme le plus grand d'Afrique. La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier, a-t-il précisé. "Le Nil est un cadeau que Dieu nous a offert pour que les Ethiopiens l'utilisent", a poursuivi M. Abiy, répondant implicitement aux critiques du Soudan et de l'Egypte. "Ceux qui n'assument pas les responsabilités qui leur ont été confiées sont critiquables". Soudan et Egypte ont plusieurs fois demandé à l'Ethiopie de cesser ses opérations de remplissage du Gerd, en attendant la conclusion d'un accord tripartite sur ce sujet et sur les modalités de fonctionnement du barrage. Tributaires du Nil, les deux pays affirment que ce mégabarrage, d'une puissance annoncée de plus de 5.000 mégawatts (MW) à terme et une capacité de retenue de 74 milliards de m3, va nuire à leur approvisionnement en eau. Fin juillet, l'Egypte avait protesté auprès du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'intention annoncée de l'Ethiopie de poursuivre "unilatéralement" durant la saison des pluies en cours le remplissage du réservoir entamé en juillet 2020, ce malgré l'absence d'accord entre les trois pays concernés par le sujet. Jeudi, M. Abiy a démarré la deuxième turbine - sur les 13 prévues - de ce barrage qui doit permettre de doubler la production électrique actuelle de l'Ethiopie.