Mali: mise en demeure d'une importante chaîne d'information

AFRICA RADIO

13 octobre 2022 à 13h51 par AFP

L'une des principales chaînes d'information maliennes a été mise en demeure mercredi dans une lettre de la Haute autorité de communication (HAC) après des propos critiques contre la junte au pouvoir de l'un de ses journalistes vedettes.

"L'émission Editorial du 30 septembre 2022 animée par M. Mohamed Halidou Attaher" sur la chaîne Joliba TV NEWS "comporte des manquements se manifestant par des propos diffamatoires et des accusations infondées concernant l'instance de régulation, la Haute autorité de la communication, l'état de la liberté d'expression au Mali et les autorités de la transition", selon les termes de cette lettre signée par le président de la HAC, Fodié Touré. "L'intolérance prend de l'ampleur dans notre pays. La liberté d'expression est en danger, la démocratie avec. Nous sommes dans la dictature de la pensée unique", avait notamment déclaré M. Halidou dans son éditorial qui suivait le retour triomphal du Premier ministre Abdoulaye Maiga de New York, où il avait prononcé un discours incendiaire contre la France et certains de ses voisins lors de l'Assemblée générale de l'ONU. "Pour l'instant, les colonels au pouvoir gouvernent avec l'opinion de la foule et la foule par définition ne réfléchit pas", avait-il poursuivi. Il avait également enjoint la HAC "de jouer son rôle et tout son rôle pour faire face aux multiples dérives sur les réseaux sociaux". En août, l'ONG Human Rights Watch avait dénoncé les "détentions et harcèlement de critiques présumés" depuis que les autorités militaires sont au pouvoir après deux coups d'Etat en 2020 et 2021. Elle avait recensé les différentes entraves à la liberté d'expression depuis que les militaires sont au pouvoir: expulsion de journalistes, suspension de délivrance des accréditations pour les correspondants étrangers, "harcèlement" par des "commentateurs en ligne" de critiques du pouvoir (...) disant que cette "répression des médias et les détentions de critiques ont eu un effet glaçant sur la vie politique et l'espace civique". "Au Mali - on veut faire taire toutes les voix discordantes. C'est le tour du journaliste de Joliba TV Mohamed Attaher (...) En attendant le prochain - silence on étouffe!", a réagi sur Twitter Baba Dakono, secrétaire exécutif du think-tank malien l'observatoire citoyen sur la gouvernance et la sécurité.