Maroc: 4 personnes arrêtées pour trafic d'organes avec la Turquie

AFRICA RADIO

5 avril 2022 à 19h51 par AFP

La police marocaine a placé en garde à vue quatre personnes soupçonnées d'être impliquées dans un réseau "criminel" de trafic international d'organes et de drogue, opérant notamment entre le Maroc et le Turquie, a-t-on appris mardi de source sécuritaire.

L'enquête a été déclenchée à la suite d'une annonce, publiée sur les réseaux sociaux, proposant des prélèvements de reins "dans des cliniques privées à l'étranger contre d'importantes sommes d'argent en devises", a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. Les quatre suspects, dont trois femmes, servaient d'intermédiaires dans ce trafic en aidant les personnes souhaitant vendre leurs organes à aller à l'étranger, notamment en Turquie, où deux victimes ont été identifiées par les enquêteurs marocains. Ils "exploitaient certaines victimes dans des opérations de réception et de transport de quantités de drogue" au Maroc et ailleurs, précise le communiqué de la DGSN. Ces activités étaient menées en lien avec "un réseau criminel opérant en dehors du Maroc, constitué de ressortissants étrangers impliqués dans le prélèvement et la vente d'organes", ajoute la même source. Lors de perquisitions, la police a saisi de l'argent en dirhams marocains et en devises étrangères, des reçus de virements étrangers, des analyses de groupes sanguins de "victimes potentielles", du cannabis et des téléphones portables, selon la DGSN. L'enquête se poursuit en coordination avec le bureau d'Interpol en Turquie afin d'appréhender l'ensemble des complices, Marocains ou étrangers, impliqués dans ce trafic.