Afrique du Sud: les grèves dans les mines font perdre un milliard d'euros à l'Etat

2 avril 2013 à 14h41 par La rédaction

PRETORIA (AFP) - (AFP)

La vague de grèves sauvages dans les mines sud-africaines fin 2012 a coûté près d'un milliard d'euros en recette d'impôts à l'Etat, selon des chiffres du ministère des Finances diffusés mardi.

"L'essentiel de ce qui a pesé négativement sur la collecte de l'impôt sur les sociétés tient à la mauvaise performance du secteur minier et des conséquences directes des grèves sauvages dans l'industrie.Son impact direct et indirect sur les recettes d'impôts est estimé à plus de 11,3 milliards de rands", a déclaré le ministre des Finances Pravin Gordan, dans un communiqué sur la collecte d'impôts 2012/13.

La bonne tenue des services financiers et du commerce ont en partie compensé.Le secteur minier a été paralysé à partir du mois d'août par une vague de grèves sauvages à l'initiative de mineurs en rupture avec leur principal syndicat et exigeant de meilleurs salaires.

Le mouvement a été exacerbé par la tuerie de Marikana quand la police a abattu 34 grévistes aux portes d'une mine de platine appartenant au groupe britannique Lonmin, la plus grave fusillade policière depuis l'apartheid.Au total, le conflit qui a embrasé tout le secteur a fait près d'une soixantaine de morts, sans faire vaciller le gouvernement du président Jacob Zuma, reconduit sans encombre à la tête du parti au congrès de l'ANC en décembre.

La situation fiscale de l'Afrique du Sud reste "difficile", a admis mardi M. Gordan: la recette n'est pas revenue au niveau d'avant la crise financière mondiale quand le ratio de la recette fiscale comparé au PIB avait atteint un record de 27,6% (25,4% en 2012-13).