Dépêches AFP

Afrique du Sud: soupçonnée de corruption, la porte-parole du président mise en disponibilité

27 juillet 2020 à 18h17 Par AFP
La porte-parole du chef de l'Etat sud-africain Cyril Ramaphosa, soupçonnée d'être impliquée de corruption dans un contrat d'équipements de protection contre le Covid-19, a été mise en disponibilité, a annoncé la présidence lundi. "La porte-parole du président, Mme Khusela Diko, a demandé à la présidence l'autorisation d'être mise en disponibilité (...), le temps de l'enquête sur les récentes allégations l'impliquant elle et son époux dans des irrégularités sur un appel d'offres" des autorités sanitaires de la région de Johannesburg, selon un communiqué de la présidence. Sa demande a été acceptée, a précisé la présidence.L'époux de Khusela Diko, King Madzikane II Diko, dirige une entreprise, Royal Bhaca, qui aurait, selon le journal Sunday Independent du 19 juillet, décroché illégalement un contrat de fourniture d'équipements de protection sanitaire.Dans un post publié la semaine dernière sur Facebook, Khusela Diko avait réagi en "réfutant" ces allégations.Lors d'une intervention télévisée jeudi, M. Ramaphosa avait annoncé qu'une trentaine d'enquêtes étaient en cours dans le pays pour vol et détournements de fonds débloqués dans le cadre de la lutte contre la pandémie.Il s'était dit "déterminé à ce que chaque affaire de corruption fasse l'objet d'une enquête approfondie et que les responsables de méfaits soient poursuivis".Dans un post sur Facebook lundi annonçant sa mise en disponibilité, Khusela Diko a estimé qu'"il est de la plus grande importance que le travail de la présidence et du gouvernement ne soit pas sapé (..) par ces allégations, en particulier au moment où notre nation est concentrée dans la lutte contre la pandémie".L'Afrique du Sud est le pays du continent africain le plus touché par le Covid-19 avec plus de 445.000 cas, dont 6.769 décès.