Afrique du Sud: un accusé de meurtre de Terre'Blanche libéré sous caution

14 juillet 2010 à 9h19 par La rédaction

JOHANNESBURG (AFP)

L'un des deux ouvriers agricoles, accusés du meurtre de l'extrémiste blanc sud-africain Eugène Terre'Blanche, a obtenu mercredi une remise en liberté sous caution, a indiqué à l'AFP son avocat.

Chris Malhangu, 28 ans, "a obtenu une remise en liberté sous caution", a déclaré Me Puna Moroko, joint par téléphone à Ventersdorp (nord-est)."La somme sera fixée après une courte suspension de séance", a-t-il ajouté.

Son client est accusé, avec un mineur de 15 ans, d'avoir battu à mort le fondateur du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), le 3 avril dans sa ferme près de Ventersdorp.

Les deux hommes s'étaient immédiatement rendus à la police et se trouvaient en détention depuis le meurtre.En mai, Chris Malhangu avait indiqué qu'il plaiderait non coupable lors de leur procès."Ce que j'ai fait était de la légitime défense", avait-il affirmé.

L'autre accusé, qui se trouve dans un centre de détention juvénile, comparaît à huis clos lors d'audiences distinctes en raison de son âge.Lors de la dernière audience, le 8 juillet, il n'avait pas demandé de remise en liberté provisoire.

Le meurtre d'Eugène Terre'Blanche, 69 ans, avait fait resurgir le spectre de violences raciales dans un pays qui porte toujours les séquelles de l'apartheid, seize ans après l'avènement de la démocratie.Ses partisans avaient effectivement promis de le venger, avant de retirer leurs menaces.

Compte-tenu du passé violent de l'AWB, qui a organisé de nombreux attentats meurtriers dans les années 1990 pour empêcher la chute de l'apartheid, ces menaces avaient été prises au sérieux.

Les premières comparutions des deux accusés avaient été suivies dans un climat extrêmement tendu par des centaines de personnes, membres de l'extrême droite blanche d'un côté, ouvriers noirs des environs de l'autre.