Attentat contre l'ONU au Nigeria: quatre islamistes formellement accusés

Par La rédaction

ABUJA (AFP) - (AFP)

Quatre membres présumés de la secte islamiste Boko Haram ont été formellement accusés vendredi devant un tribunal d'Abuja d'avoir préparé une attaque suicide contre le siège de l'ONU au Nigeria, qui a fait plus de 20 morts le 26 août.

Les quatre hommes ont été identifiés comme étant Salisu Mohammed, Yunisa Mukaila, Danzumi Haruna et Abdulsalami Adamu.Ils sont accusés d'avoir conspiré pour envoyer un kamikaze dans une voiture au siège de l'ONU à Abuja le 26 août 2011".

Ils n'ont pas plaidé vendredi, le tribunal estimant qu'en vertu des crimes commis, ils devraient être jugés par une autre juridiction.Ils restent en détention préventive.Une nouvelle audience aura lieu le 3 novembre.

Selon le tribunal, cette attaque a fait 25 morts.Mais le dernier bilan de l'ONU fait état de 23 morts.

Le service d'investigation de la police nigériane avait déjà accusé un militant de Boko Haram, lié à Al-Qaïda et qui était récemment revenu de Somalie.Identifié comme Mamman Nur, il est activement recherché.

Boko Haram a revendiqué l'attentat contre l'ONU.

Quinze autres personnes, soupçonnées de faire partie de Boko Haram, ont également comparu pour divers crimes et délit, dont complot, meurtres, vols à main armée, possession d'armes et d'explosifs et terrorisme.

Un d'entre eux est accusé d'avoir participé à des attaques contre des bars et restaurants situés à l'intérieur d'une enceinte militaire à la veille du Nouvel An à Abuja.

La secte Boko Haram, particulièrement active dans la région de Maiduguri (nord-est) a ces derniers mois multiplié les attaques meurtrières, frappant même au coeur de la capitale fédérale du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique (160 millions d'habitants) et premier producteur de pétrole du continent.