Burkina : Les 12 suspects de terrorisme ont été exécutés sommairement, affirment des proches

18 mai 2020 à 16h57 par AFP

AFRICA RADIO

Des proches ont fait état lundi "d'exécutions sommaires" par les forces de l'ordre burkinabè, au sujet de la mort de douze personnes interpellées pour "suspicion de faits de terrorisme".

Le 13 mai, le procureur de Fada N'Gourma (est du Burkina Faso), Judicael Kadéba, avait annoncé la mort dans la nuit de 12 personnes parmi 25 ayant été arrêtées pour "suspicion de faits de terrorisme", dans leurs cellules de la gendarmerie à Tanwalbougou (est), et l'ouverture d'une enquête confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Fada N'Gourma.Ces allégations avaient aussitôt été réfutées par le Collectif contre l'impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) qui avait exigé une "enquête spéciale et la saisie de la justice internationale"."Toutes ces personnes ont été exécutées de manière systématique. Tous les témoins au cimetière sont d'avis qu'elles ont été exécutées", a déclaré lundi Aziz Diallo, dont un cousin (Abdoulaye Barry, 34 ans) figure parmi les victimes, au cours d'une conférence de presse. "Mon cousin a été exécuté d'une balle dans la tête", a insisté M. Diallo, député-maire de la ville de Dori, estimant que "l'heure est grave si on peut tuer des êtres humains ainsi dans notre pays en 2020". "A l'intérieur de la morgue, nous avons défait le sachet plastique qui l'enveloppait et on a vu qu'il a été abattu d'une balle dans la tête. C'est très clair", a insisté le député. Des témoins au cimetière de Fada N'Gourma où les douze corps ont été inhumés, dont onze dans une fosse commune, ont également décrit des scènes "dignes d'un film d'horreur" avec des "corps dégradés, saignants dans des sacs plastiques"."Tous ceux qui étaient au cimetière étaient tous unanimes que les corps portaient tous des blessures au niveau de la tête. Leurs linceuls étaient entachés de sang, particulièrement sur la tête", a indiqué le secrétaire général du CISC, Daouda Diallo, dénonçant des "exécutions sommaires".Les forces de l'ordre du Burkina Faso ainsi que des groupes d'autodéfense ont été plusieurs fois, depuis quelques mois, accusées de bavures ou d'exactions, notamment contre des populations peules. Certains Peuls ayant rejoint les groupes jihadistes, qui ont tué plus de 850 personnes depuis 2015 au Burkina, il est fréquent d'entendre des Burkinabè faire l'amalgame entre jihadistes et Peuls.