Centrafrique: les électeurs aux urnes pour les présidentielle et législatives

Par La rédaction

BANGUI (AFP)

Les Centrafricains ont commencé à voter dimanche matin pour les élections présidentielle et législatives, ayant notamment à choisir leur chef de l'Etat parmi cinq candidats en lice, dont le sortant François Bozizé.

A Bangui, le premier votant au bureau N°6 de l'école Ndres 1 dans le quatrième arrondissement (nord), où M. Bozizé est aussi candidat à la députation face à l'opposant Nicolas Tiangaye, a pu déposer son bulletin à 07H15 (06H15 GMT), a constaté un journaliste de l'AFP.

Le vote devait commencer à 06H00 (05H00 GMT) mais des retards avaient lieu dans la plus grande partie des bureaux, selon différents témoins et médias contactés par l'AFP.

A Ben Zvi, dans le 5e arrondissement (ouest), le vote a débuté peu avant 08H00.

A l'école Ndres 1, plusieurs centaines de personnes, qui attendaient dans la cour depuis 06H00 locales faisaient encore la queue à 07H45 en attendant de pouvoir déposer leur bulletin dans l'urne.

"Je suis arrivé à 05H30, car je veux voter avant d'aller au culte à 06H30.Il se termine vers 09H00 et là il y aura beaucoup de gens", a affirmé à l'AFP Rodrigue Koussidanga, 36 ans, ouvrier."J'espère que ces élections apporteront la paix".

"Il faut partager le matériel", expliquait à 06H00 Michel Engalifeïssé, président du bureau N°2 de l'école.

Parmi le matériel, strictement le même, donné à chaque bureau: la liste électorale, les bulletins présidentiels et législatifs, deux urnes, des tampons, de l'encre, des stylos mais aussi huit bougies et une boîte d'allumettes "pour le cas où nous aurons pas terminé à l'obscurité", selon M. Engalifeïssé.

Les bulletins sont des listes sur lesquelless les électeurs choisissent un candidat en apposant un tampon encré situé dans l'isoloir.

Les opérations de vote doivent se dérouler jusqu'à 16H00 (15H00 GMT).1.889.000 électeurs sont concernés sur près de 4,5 millions de Centrafricains.

Arrivé au pouvoir en 2003 par un coup d'Etat, puis élu en 2005, le président François Bozizé part favori.

Ses principaux adversaires sont l'ancien président (1993-2003) Ange-Félix Patassé, qu'il a renversé, l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé 2001-2003), ancien assureur qui bénéficie d'une réputation de bon gestionnaire et Jean-Jacques Demafouth, ancien ministre de la Défense et représentant d'une des principales rébellions.