Centrafrique: les Tchadiens prennent le chemin de l'exode

Par La rédaction

Bangui (AFP)

Happés par la spirale des tueries intercommunautaires, les très nombreux Tchadiens installés en Centrafrique retournent désormais en masse dans leur pays, un exode marquant un nouveau palier dans le déchirement de la société centrafricaine.

Ces civils craignent d'être victimes de représailles de milices d'autodéfense locales chrétiennes ou de foules en colère qui les accusent de connivence avec les ex-rebelles, majoritairement musulmans,  de la Séléka qui ont chassé le président François Bozizé du pouvoir en mars 2013.

Le gouvernement du Tchad, dont des centaines de milliers de ressortissants sont établis en Centrafrique, a lancé un pont aérien depuis une semaine et a évacué près de 3.000 personnes par avion en une semaine, a annoncé samedi l'Organisation internationale des migrations (OIM) dans un communiqué.

Des convois routiers quittent également Bangui, phénomène sans précédent dans l'histoire pourtant très troublée du pays.

La France, dont l'armée quadrille Bangui avec la force africaine, a de son côté appelé l'ONU à jouer un "rôle plus important" en Centrafrique, où les violences ont fait un millier de morts depuis le début de l'intervention française, le 5 décembre.

Un convoi de plusieurs dizaines de voitures remplies de ressortissants tchadiens s'apprêtait samedi matin à quitter Bangui pour prendre la direction du Tchad sous les huées hostiles et menaçantes d'habitants de la capitale centrafricaine, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des soldats français de l'opération Sangaris ont contenu des manifestants qui voulaient s'en prendre à ces civils rassemblés dans le 4e arrondissement dans un convoi formé de voitures particulières et de taxis chargés de leurs effets personnels.

Réfugié près de soldats français, Abdoulaye Saken, accompagné de son épouse et de leurs quatre enfants, raconte: "j'ai voulu emmener ma famille à l'aéroport (où se trouvent les bases de forces françaises et africaines) pour les mettre en sécurité mais nous avons été bloqués par des civils.Heureusement, maintenant l'armée française nous protège".

Vendredi déjà, un convoi similaire avait pris la route pour fuir les violences meurtrières qui ensanglantent la ville.Au moins un civil avait été tué et plusieurs enfants blessés par des grenades lancées par des soldats tchadiens de la force africaine (Misca) qui protégeaient ce convoi fuyant la ville sous les injures de la foule.

Soif de vengeance

Depuis le début de l'intervention française le 5 décembre, les violences interconfessionnelles se sont multipliées entre les milices chrétiennes "anti-balaka" (anti-machette, en langue sango) et la Séléka.

Beaucoup de chrétiens, victimes pendant des mois des exactions des Séléka, ont soif de vengeance contre les ex-rebelles et les civils musulmans qui leur sont désormais associés.

Les Tchadiens notamment sont accusés par une majorité de la population de soutenir les ex-rebelles Séléka, dont certains sont originaires du Tchad.

Faiseur de roi en Centrafrique, N'Djamena a armé et soutenu la Séléka, selon plusieurs observateurs, dix ans après avoir favorisé le coup de force de François Bozizé.

Officiellement, environ 30.000 Tchadiens sont enregistrés par les autorités en Centrafrique.Mais dans les faits, ils sont bien plus nombreux, établis pour certains depuis des générations à travers le pays.

Après des journées et des nuits de tirs, la capitale centrafricaine a retrouvé une relative quiétude samedi matin.Seuls quelques tirs sporadiques ont été entendus durant la nuit de vendredi à samedi.

Comme les jours précédents, l'armée française était largement déployée dans la ville, dans laquelle patrouillent également des détachements de la Misca.

Le président français François Hollande a demandé vendredi à l'ONU de jouer "un rôle plus important" en Centrafrique.

Au cours d'un entretien téléphonique avec Ban Ki-moon, le président a souhaité que "les Nations unies jouent un rôle plus important encore dans la période de transition en Centrafrique", après l'avoir remercié "pour l'action déployée par les Nations unies en vue de renforcer" la force africaine sur place, la Misca.

Après cet entretien, les Nations unies ont annoncé qu'elles comptaient intensifier les discussions sur l'éventuel déploiement d'une force de maintien de la paix.