Congo: les pygmées dans une "marginalisation extrême" selon l'ONU

12 novembre 2010 à 17h03 par La rédaction

BRAZZAVILLE (AFP)

Au Congo, les peuples minoritaires autochtones ou pygmées - terme souvent considéré comme péjoratif -, vivent dans des "conditions de marginalisation extrême", a estimé vendredi un responsable de l'ONU, James Anaya, à l'issue d'une visite de onze jours dans le pays.

"J'ai constaté de mes propres yeux que les peuples autochtones au Congo (...) vivent dans des conditions de marginalisation extrême", a déploré lors d'une conférence de presse M. Anaya, rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des peuples autochtones, qui s'est rendu dans la Likouala (extrême nord) et la Lékoumou (sud-ouest) où il a rencontré des membres de ces communautés.

"Beaucoup d'entre eux vivent dans des campements situés à la périphérie des villages et ne disposent pas de logement adéquat ou d'accès aux services sociaux de base comme la santé et l'éducation", a-t-il ajouté, déplorant qu'ils soient "victimes de comportements discriminatoires profondément enracinés".

"Bien que le sous-développement et la pauvreté chronique soient présents partout dans le pays, particulièrement dans les zones rurales, j'ai observé des situations économiques et sociales nettement plus mauvaises chez les peuples autochtones ne faisant pas partie de la majorité ethnique bantoue du pays", a insisté James Anaya.

Le Congo attend depuis quelques années l'adoption d'un projet de loi sur la "protection des droits" des autochtones.M. Anaya s'est déclaré "heureux d'apprendre de la part des (ses) interlocuteurs au gouvernement et au parlement, qu'il sera très probablement adopté avant la fin de l'année".

Il a toutefois appelé le gouvernement à "s'assurer non seulement de son adoption, mais également de son application pleine et entière" et demandé qu'un "effort concerté de sensibilisation aux droits des peuples autochtones (soit) entrepris auprès de l'ensemble de la population congolaise afin de changer les attitudes discriminatoires".

Officiellement, les pygmées représentent 10% de la population congolaise estimée à 3,6 millions d'habitants.Ils sont nomades et vivent dans les grandes forêts de l'Afrique centrale.