Coronavirus: au moins sept civils tués par la police en Angola (Amnesty)

Par AFP

AFRICA RADIO

Les forces de sécurité angolaises ont tué au moins sept civils, pour l'essentiel des jeunes, entre mai et juillet en faisant respecter les mesures de prévention contre le coronavirus, a dénoncé mardi l'ONG Amnesty International.

La plupart de ces victimes ont été tuées par balles par la police ou l'armée, délibérément ou par accident, a précisé l'enquête réalisée par Amnesty avec le concours d'une ONG locale, Omunga.Les forces de l'ordre ont eu recours à la force "de façon excessive et illégale", selon les auteurs de l'enquête."Un adolescent a été atteint d'une balle en plein visage alors qu'il gisait blessé, un autre a été tué lorsque la police a ouvert le feu sur un groupe de jeunes qui faisaient du sport", a détaillé le responsable régional d'Amnesty, Deprose Muchena, "l'état d'urgence n'autorise pas de telles violations scandaleuses des droits humains".Les deux ONG soupçonnent plus de victimes que les sept recensées dans le rapport. "Le vrai bilan (...) pourrait être bien plus élevé", écrivent-elles, en demandant une enquête "transparente" sur ces violences.Les autorités angolaises n'ont pas immédiatement commenté ces accusations.Le gouvernement angolais n'a pas ordonné de confinement strict de la population mais imposé couvre-feux et restrictions des déplacements et des réunions dans tout le pays.Il a mobilisé l'armée pour aider la police à faire respecter ces mesures, mal acceptées par une population en majorité pauvre, exclue de la manne pétrolière du pays et qui survit grâce au commerce informel. Plus de 2.200 cas de contamination par le Covid-19, dont une centaine mortels, ont été officiellement recensés à ce jour en Angola par les autorités.