Ebola au Liberia: suspension du couvre-feu pour le réveillon du Nouvel An

31 décembre 2014 à 16h02 par La rédaction

Monrovia (AFP)

Le Liberia a annoncé mercredi une suspension exceptionnelle du couvre-feu nocturne, en vigueur depuis août, afin de permettre les offices religieux habituels pour le réveillon du Nouvel An, dans ce pays affecté par l'épidémie d'Ebola.

La suspension du couvre-feu vise à "permettre aux églises et communautés religieuses à travers le pays d'effectuer leurs prières traditionnelles à la veille du Nouvel An", et participer notamment à la messe de minuit, a déclaré par communiqué le ministre de la Justice, Benedict F. Sannoh.

Il a précisé avoir agi sur instruction de la présidente Ellen Johnson Sirleaf, réputée une chrétienne pratiquante.

M. Sanoh a invité les organisations religieuses et lieux de culte à "respecter toutes les mesures préventives contre Ebola ainsi que les règles édictées par le ministère de la Santé" pour enrayer la progression du virus.

Les chrétiens représentent officiellement plus de 85% de la population au Liberia où, comme ailleurs en Afrique, la période de Noël et du Nouvel An est habituellement l'occasion d'importants mouvements de population et de rassemblements, sans distinction de religion

Le couvre-feu nocturne a été imposé le 6 août dans la foulée de l'instauration à la même date de l'état d'urgence dans le pays.

Il s'appliquait initialement de 21H00 (locales et GMT) à 06H00 puis a été allégé à deux reprises: d'abord de 23H00 à 06H00, ensuite de minuit à 06H00.

L'état d'urgence, instauré pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, avait été levé le 11 novembre.La présidente Sirleaf avait déclaré que cette levée "ne signifie pas le combat contre Ebola est terminé".

Le virus Ebola a causé en un an près de 7.900 morts dans plusieurs pays sur un total d'un peu plus de 20.000 cas enregistrés, à 99% au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, d'après le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) publié lundi.

Au 24 décembre, le Liberia avait à lui seul comptabilisé 7.977 cas dont 3.413 mortels, selon le même bilan.