Ethiopie: le Premier ministre se défend d'avoir été faible lors des troubles ethniques

3 novembre 2019 à 17h57 par AFP

AFRICA RADIO

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, s'est inscrit en faux dimanche contre ceux qui considèrent que son gouvernement a été faible et timide lors des récents troubles ethniques dont le bilan est de 80 morts.

Des manifestations contre M. Abiy, prix Nobel de la paix 2019, ont eu lieu à Addis Abeba et dans la réion d'Oromia le 23 octobre après qu'un militant, Jawar Mohammed, eut accusé les forces de sécurité d'essayer de préparer une attaque contre lui, ce qui a été démenti par la police.Les troubles ont dégénéré en affrontements ethniques et religieux dans de nombreuses zones de l'Oromia.M. Abiy avait attendu plusieurs jours avant de rendre publique une déclaration écrite et il avait été critiqué pour la lenteur de sa réaction face aux violences.A la télévision dimanche soir, le Premier ministre a défendu sa position consistant à donner priorité au dialogue et non à la force."Le gouvernement éthiopien a été magnanime afin d'élargir l'espace politique et démocratique en Ethiopie," a ajouté M. Abiy, qui est arrivé au pouvoir l'an dernier. "Il a opté pour le dialogue et l'éducation au lieu d'avoir recours à la force, cependant ceux qui croient que la patience c'est la peur ou que la magnanimité c'est la faiblesse devraient savoir qu'ils se trompent."Selon M. Abiy, le bilan des violences est passé à 86 morts. Le dernier bilan de son porte-parole était de 78 morts.Parmi ceux-ci, 76 ont été tués lors "d'affrontements communautaires" et dix lors "d'affrontements avec les forces de sécurité", a-t-il ajouté. Parmi les morts, il y a 50 membres du groupe ethnique oromo, le plus grand du pays. 20 font partie du groupe amhara, deuxième en nombre du pays.Parmi les morts, figurent 40 chrétiens et 34 musulmans.Les violences ethniques sont un problème récurrent depuis que M. Abiy est au pouvoir. L'an dernier, il y a eu plus de déplacés en Ethiopie que dans n'importe quel autre pays du monde.Jawar Mohammed, militant et fondateur du média d'opposition Oromia Media Network (OMN), est un ancien allié du Premier ministre réformateur Abiy. Tous deux appartiennent à la communauté oromo.Mais les relations entre les deux hommes se sont récemment détériorées, Jawar Mohammed ayant publiquement critiqué plusieurs réformes de M. Abiy.