Interview de Jacques Terray, vice-président de Transparence International

Par La rédaction

Transparence International va déposer une plainte contre X pour "corruption, blanchiment et recel d'abus de biens sociaux", visant implicitement le président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali. Africa N°1 a interviewé Jacques Terray, le vice-président de l'ONG.Quel est le but de cette plainte ? Obtenir le gel effectif des avoirs du clan Ben Ali/ Trabelsi en France, et ultérieurement leur restitution à l'Etat tunisien.Pourquoi ne pas l'avoir fait avant ?Transparence International n'est pas un organisme d'investigation. Elle n'en a pas les moyens. Quand elle a dans le pays concerné un chapitre accrédité, ce qui n'est pas le cas en Tunisie, elle s'élève contre les actes de corruption dont elle a connaissance. Et ses militants le font en dépit des risques, d'arrestation, d'agression, de licenciement dont ils sont victimes quotidiennement.Quels pouvoir a une ONG comme la vôtre face à des régimes corrompus ?Essentiellement un pouvoir d'enquête et de dénonciation. Elle s'associe avec d'autres membres de la société civile pour déclencher un mouvement d'opinion. Elle exerce les actions en justice que permet la loi du pays et que le gouvernement ne bloque pas. Nous nous appuyons aussi sur les conventions internationales qu'ont pu signer ces Etats, et sur les exigences dont est assortie l'aide des organismes internationaux.Avez-vous des renseignements précis sur l'état de la corruption en Tunisie ?N'ayant pas de chapitre dans le pays, nous n'avons pas d'information de première main. Notre partenaire dans la plainte, la Commission arabe des droits humains, nous aidera à constituer notre dossier. Cette plainte concerne-t-elle directement le président déchu ou est-elle élargie à son entourage et/ou son gouvernement ?La plainte concerne l'entourage familial du président et de son épouse, et peut aussi s'étendre à son entourage politique.Que pensez-vous de l'attitude du gouvernement français face à cette crise ?Nous sommes étonnés de la différence de ton entre les positions françaises, concernant un pays si proche du nôtre, et les positions américaines de ces derniers jours. « Le couple Ben Ali aurait fui avec 1,5 tonne d'or » dixit LeMonde, avez-vous un commentaire à faire ?La Banque Centrale de Tunisie ayant démenti l'information, nous attendons de savoir ce qu'il en est.