Le pape déplore les "violences absurdes" contre les chrétiens au Nigeria et aux Philippines

26 décembre 2010 à 11h33 par La rédaction

CITE DU VATICAN (AFP)

Le pape Benoît XVI a déploré les "violences absurdes" contre les chrétiens après les récentes attaques contre des églises au Nigeria et aux Philippines, dimanche au Vatican, lors de l'angélus.

"J'ai appris avec une grande tristesse l'attentat dans une église catholique des Philippines, pendant la célébration de Noël, tout comme les attaques contre des églises chrétiennes au Nigeria", a dit le pape devant des milliers de fidèles après la prière de l'angélus prononcée depuis la fenêtre de ses appartements place Saint-Pierre.

"La Terre s'est encore tâchée de sang dans d'autres parties du monde comme au Pakistan", a-t-il ajouté, exprimant ses "sincères condoléances aux victimes de ces absurdes violences".

Plusieurs églises ont été visées par des attaques à la veille de Noël au Nigeria, notamment dans le nord du pays, à Maiduguri où quatre fidèles et un pasteur ont été tués dans une église baptiste, selon l'armée.

Ces attaques sont les dernières violences en date attribuées à la secte islamiste Boko Haram, dont le soulèvement l'an dernier et un affrontement avec les forces de l'ordre avaient fait des centaines de morts.

Par ailleurs, 32 personnes sont mortes et 74 blessées, beaucoup alors qu'elles faisaient leurs courses de Noël, dans sept explosions en deux endroits de la ville de Jos (centre du Nigeria), qui marque la limite entre le nord majoritairement musulman et le sud principalement chrétien, selon la police.

Aux Philippines, six personnes ont été légèrement blessées dans l'explosion d'une bombe durant la messe de Noël de l'église d'une base de la police philippine sur l'île de Jolo (sud) à majorité musulmane.

Au Pakistan, le jour de Noël, plus de 80 personnes ont été tuées dans un attentat suicide contre un centre de distribution du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU et dans une série de raids d'hélicoptères dans une autre zone tribale du nord-ouest du pays.

Regrettant que "le monde soit encore marqué par la violence, spécialement contre les disciples du Christ", Benoît XVI a "une nouvelle fois, répété (son) appel à abandonner la voie de la haine pour trouver des solutions pacifiques aux conflits et donner aux chères populations la sécurité et la sérénité".

Evoquant la "dramatique expérience" de la fuite en Egypte à laquelle furent contraints Jésus et sa famille, selon la religion catholique, le pape a également voulu rappeler "toux ceux - particulièrement les familles - qui sont obligés d'abandonner leurs maisons à cause de la guerre, de la violence et de l'intolérance".

Samedi dans son traditionnel message de Noël, le pape avait déjà appelé à la résolution des conflits dans le monde, notamment en Israël et en Côte d'Ivoire, et demandé aux responsables politiques une "solidarité active" avec les chrétiens persécutés du Moyen-Orient.

Dimanche, il a invité les fidèles à "prier" pour l'"espérance, la réconciliation et la paix".