Libye: appui politique et financier aux rebelles

Par La rédaction

ABOU DHABI (AFP)

Les principales puissances mondiales ont apporté jeudi un appui politique et financier à la rébellion libyenne en établissant le mécanisme lui permettant de recevoir des fonds, alors que les Etats-Unis la qualifiaient "d'interlocuteur légitime" du peuple libyen.

Les rebelles ont enregistré une autre victoire diplomatique avec la visite à Benghazi du président sénégalais Abdoulaye Wade, premier chef d'Etat étranger à se rendre dans le fief de la rébellion, d'où il a demandé au colonel Kadhafi de quitter le pouvoir.

A la réunion du Groupe de contact sur la Libye à Abou Dhabi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a affirmé que les jours du régime de Kadhafi étaient "comptés"."Nous travaillons avec nos partenaires internationaux dans le cadre de l'ONU pour préparer l'inévitable: la Libye de l'après-Kadhafi", a dit Mme Clinton.

Son homologue italien Franco Frattini a déclaré que le pouvoir du colonel libyen "touche à sa fin", estimant que les défections qui s'accélèrent dans son entourage étaient "une conséquence directe" des pressions internationales.

"Nous devons demeurer concentrés et unis, afin de ne donner aucune chance à Kadhafi de regagner du terrain", a-t-il dit.

Mme Clinton a qualifié le Conseil national de transition (CNT), représentant la rébellion, d'"interlocuteur légitime" du peuple libyen, alors que son homologue australien Kevin Rudd annonçait que son pays reconnaissait le CNT.

Elle a ensuite assuré devant la presse que des discussions dans l'entourage de Mouammar Kadhafi ont lieu sur une "possible transition" du pouvoir en Libye, appelant les puissances mondiales à "commencer le travail très difficile mais nécessaire avec (le CNT) et le régime de Kadhafi pour essayer d'aboutir au type de transition du pouvoir" dont la Libye a besoin.

Le groupe de contact a finalisé le mécanisme permettant au CNT de recevoir des fonds, provenant notamment d'avoirs bloqués du régime libyen à l'étranger.

L'Italie a annoncé une aide directe de 300 à 400 millions d'euros aux rebelles, sous forme de prêts et de carburant, et le Koweït s'est engagé à verser immédiatement 124 millions d'euros.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a annoncé pour sa part que Paris débloquerait environ 290 millions d'euros appartenant à la Banque centrale libyenne et qui avaient été gelés dans le cadre des sanctions financières contre le régime.

Mais un responsable de la rébellion, Fathi al-Baaji, s'est déclaré déçu."Nous espérions une aide financière plus importante", a-t-il dit à l'AFP.

Avant l'ouverture de la réunion, Abdel Hafidh Ghoga, vice-président du CNT, a averti que sa situation serait "très difficile" si la rencontre ne débouchait pas sur "des résultats rapides et concrets".

Le CNT, qui contrôle l'Est libyen affirme n'avoir reçu aucune aide depuis le déclenchement de la rébellion en février, a annoncé qu'il entendait compter aussi sur ses propres forces.

Le responsable du Pétrole et des Finances de la rébellion, Ali Tarhouni, a affirmé que la rébellion allait commencer à produire "bientôt" 100.000 barils par jour de brut pour alimenter ses caisses.

Des responsables américains ont indiqué que Washington devait demander aux monarchies arabes du Golfe d'apporter plus de fonds à la rébellion.

A Benghazi, Abdoulaye Wade s'est adressé au colonel Kadhafi en affirmant: "plus tôt tu partiras, mieux ça vaudra".

"Tu es arrivé au pouvoir par un coup d'Etat il y a plus de 40 ans, tu n'as jamais fait d'élection, tu as prétendu parler au nom du peuple.Tout le monde sait que c'est une dictature que tu as établie (...).Je te regarde maintenant dans les yeux, il faut arrêter les dégâts", a-t-il ajouté.

Sur le terrain, quatre explosions ont secoué Tripoli en début d'après-midi, selon un journaliste de l'AFP qui n'a pas pu préciser la cible des raids.L'Otan avait mené mardi ses raids les plus violents sur la capitale depuis le début des opérations internationales le 19 mars, faisant 31 morts, selon le régime.

La situation était en revanche calme à Misrata, enclave rebelle à 200 km à l'est de Tripoli, où les forces pro-Kadhafi avaient ranimé les combats mercredi, faisant 14 morts et une quarantaine de blessés parmi les insurgés, selon des rebelles.

Dans son bilan quotidien, l'Alliance atlantique a annoncé jeudi avoir touché la veille plus d'une quinzaine de cibles dans la région de Misrata.

Conséquence des combats, quelque 6.000 nouveaux réfugiés ont ainsi franchi mercredi la frontière tunisienne, selon l'agence officielle tunisienne TAP.

Selon le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, qui a requis mi-mai des mandats d'arrêt pour crimes contre l'humanité contre M. Kadhafi, les enquêteurs ont des preuves qu'il a ordonné des viols en série et fait distribuer pour cela des stimulants sexuels de type Viagra à ses soldats.

Au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, le régime libyen a cependant nié avoir eu recours à la violence contre les civils, accusant en revanche l'Otan de violations des droits de l'Homme.