Libye: l'ONU remet à la Banque centrale son rapport d'audit

8 juillet 2021 à 17h14 par AFP

AFRICA RADIO

L'ONU a remis jeudi à la Banque centrale de Libye le rapport final de l'audit international réalisé sur ses deux branches dans l'est et l'ouest du pays miné par les divisions, étape cruciale pour réunifier l'institution financière.


"Nous espérons, avec cette avancée, pouvoir réunifier la Banque centrale, préserver l'intégrité du secteur bancaire et renforcer la politique monétaire instaurée début 2021", a indiqué la Banque centrale de Libye (BCL) dans un communiqué, indiquant qu'elle "étudiera le rapport et fera parvenir ses remarques", sans toutefois préciser de date.L'émissaire onusien en Libye, Jan Kubic, a remis à Tripoli le rapport d'audit au Premier ministre Abdelhamid Dbeibah, en présence du gouverneur de la branche internationalement reconnue de la BCL basée à Tripoli (ouest), Seddik al-Kebir, et de Ali al-Hebri, qui présidait la branche de la Banque centrale à al-Bayda (est).Comme d'autres institutions étatiques, la BCL a été scindée en 2014, lorsque des rivalités politiques qui ont suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 ont davantage creusé l'écart entre l'Ouest, où se situe le siège de la BCL qui gère les recettes pétrolières, et l'Est où s'est installée la branche parallèle.En juillet 2020, l'ONU avait annoncé avoir finalisé le processus permettant de lancer un audit international indépendant sur les deux branches de la BCL, une opération primordiale selon les Nations unies pour restaurer l'intégrité, la transparence et la confiance dans le système financier libyen et une avancée majeure sur la voie de la réunification des institutions. La division entre Est et Ouest a provoqué d'importantes pertes financières, accompagnées d'une forte augmentation du taux d'inflation et de la hausse de la dette publique à plus de 100 milliards de dollars, selon la BCL."Il est nécessaire maintenant de mettre de côté les dissensions, quelles qu'elles soient, et réfléchir à la prochaine étape où nous allons réunifier toutes les institutions du pays", a souligné M. Dbeibah, chef du premier exécutif unifié depuis 2014, installé en mars grâce à un processus politique parrainé par les Nations unies.