Libye: la rébellion s'attend à une proposition de Kadhafi "très bientôt"

Par La rédaction

BENGHAZI (Libye) (AFP) - (AFP)

La rébellion libyenne s'attend à recevoir "très bientôt" une offre de Mouammar Kadhafi, qui pourrait mettre un terme au conflit qui dure depuis plus de quatre mois en Libye, a indiqué samedi à l'AFP un haut responsable à Benghazi, fief des rebelles dans l'est du pays.

"Nous nous attendons à recevoir une offre très bientôt, il est incapable de respirer" désormais, a affirmé Abdel Hafiz Ghoga, vice-président du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion.

Il a précisé que le CNT n'était pas en contact direct avec Mouammar Kadhafi, mais qu'il avait compris, via des contacts avec la France et l'Afrique du Sud, qu'une offre était en train d'être élaborée.

"Des pays ont été choisis par le régime de Kadhafi pour présenter une proposition au Conseil national de transition, mais nous n'avons rien reçu pour le moment", a-t-il dit.

"Nous étudierons sérieusement toute proposition qui nous sera présentée, à condition qu'elle garantisse que Kadhafi et son régime, son cercle rapproché, ne restent pas au pouvoir", a déclaré M. Ghoga.

"Nous voulons préserver la vie, donc nous voulons mettre un terme à la guerre le plus vite possible", a-t-il souligné, ajoutant: "nous lui avons toujours laissé une marge de manoeuvre pour partir".

Vendredi, le Wall Street Journal, citant des responsables américains, avait indiqué que Mouammar Kadhafi "envisage sérieusement" de quitter la capitale libyenne pour une autre ville du pays, car il "ne se sent plus en sécurité" à Tripoli à la suite des raids aériens de l'Otan.

L'opposition s'est de son côté montrée ouverte à l'idée de voir Mouammar Kadhafi, de plus en plus isolé, rester en Libye s'il accepte de quitter le pouvoir.

Les rebelles ont précisé samedi que 38 officiers de Mouammar Kadhafi, dont six de haut rang, avaient fui en Tunisie vendredi.

Jusqu'ici, tous les efforts conduits au niveau international pour trouver une solution au conflit ont échoué.

Le comité des médiateurs de l'Union africaine (UA) sur le conflit en Libye, composé de cinq chefs d'Etat, se réunit dimanche en Afrique du Sud, juste avant un sommet de l'organisation panafricaine, a annoncé samedi le gouvernement sud-africain.En fait notamment partie le président sud-africain, Jacob Zuma, qui a rencontré Kadhafi en mai.

Lors de cette rencontre, les médiateurs doivent "discuter des derniers développements du conflit en Libye et des efforts menés" pour le résoudre, a indiqué l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle).

Aucune indication n'a été donnée sur d'éventuelles nouvelles propositions de ce comité.