Libye : les rebelles intensifient leurs attaques avant le ramadan

Par La rédaction

BENGHAZI (Libye) (AFP) - (AFP)

Les rebelles libyens ont intensifié mercredi leur offensive d'avant le ramadan, obligeant les troupes de Mouammar Kadhafi à battre en retraite dans l'est du pays, tout en préparant une attaque par le sud de Tripoli.

Entre-temps, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé que le colonel Kadhafi pourrait rester en Libye s'il se mettait à l'écart de la vie politique, en faisant une condition préalable à un cessez-le-feu dans le conflit qui dure depuis plus de cinq mois sans solution en vue.

En visite à Moscou, son homologue libyen Abdelati Obeidi a rétorqué que "la question du départ de Kadhafi n'est pas sujet à discussion".

 Les insurgés ont affirmé mercredi qu'ils avaient chassé la majeure partie de l'armée loyaliste de Brega, tandis qu'ils encerclaient des soldats terrés au milieu des installations pétrolières dans le nord-ouest de ce port.

La progression des rebelles à Brega a été ralentie par la grande quantité de mines antipersonnel posées par les militaires fidèles au régime pendant leur retraite, et par les difficultés à attaquer les kadhafistes y étant retranchés, dont le nombre est évalué à 200 et qui se battent au milieu d'installations pétrolières vitales au plan économique.

La mort de 24 combattants mardi soir témoigne de ces difficultés.Il s'est agi de la journée la plus meurtrière pour les insurgés depuis le début de la bataille de Brega il y a presque une semaine.

Des sources militaires rebelles ont indiqué que des soldats du colonel Kadhafi tiraient des roquettes au-dessus de Brega, à partir de Bishr, vers des positions rebelles, tandis que la majeure partie des unités loyalistes s'étaient repliées à Ras Lanouf, ville située plus à l'ouest.

Une autre source militaire de la rébellion, citant des conversations radio interceptées, a affirmé que de nombreux militaires avaient été abandonnés sans véhicules et avaient été avertis qu'ils seraient abattus s'ils reculaient.

Dans le Golfe de Syrte, près de Misrata, enclave tenue par les insurgés dans l'Ouest, "au moins sept de nos combattants sont tombés en martyrs et 13 autres ont été blessés dans d'intenses combats avec les troupes loyalistes", ont indiqué les rebelles à l'AFP.

"Un avion a décollé de l'aéroport civil de Misrata à 14H00 (12H00 GMT), pour rejoindre Benghazi avec à son bord des blessés", a assuré la rébellion dans un communiqué, ajoutant qu'"il s'agit du premier vol depuis la libération de la ville".

"L'approvisionnement de Kadhafi est interrompu"

Dans l'Ouest, les loyalistes continuent de bombarder les positions rebelles autour de Zliten, afin d'empêcher les insurgés d'avancer vers le centre de cette agglomération, a indiqué la rébellion.

Les insurgés ont indiqué qu'ils attendaient le feu vert pour déclencher une offensive à partir du Djebel Nefoussa, au sud-ouest de Tripoli.

"Désormais, nous nous concentrons sur le Djebel Nefoussa, c'est la région (libérée) la plus proche de Tripoli", a déclaré à l'AFP le général Omar El-Hariri, chargé de la coordination entre le Conseil national de transition (CNT), dont le siège est à Benghazi, et "l'armée" des rebelles.

 Au sud-ouest de Tripoli, la rébellion se prépare pour la prochaine bataille, a assuré un commandant dans le hameau de Goualich."On espère qu'elle aura lieu avant le ramadan" en août, a-t-il dit, sans exclure qu'elle puisse avoir lieu pendant le mois de jeûne musulman sacré.

La prochaine cible des rebelles est Al-Assabaa, à 80 kilomètres au sud de la capitale, dernier obstacle entre les rebelles et la ville de garnison de Gharyan.

Côté diplomatie, plusieurs chefs militaires rebelles de Misrata ont réclamé mercredi au président français Nicolas Sarkozy davantage d'aide de la France pour conquérir la capitale, affirmant être en mesure de faire tomber le bastion de Mouammar Kadhafi.

"Les commandants insurgés sont venus expliquer au chef de l'Etat que les clés de Tripoli sont à Misrata parce que les combattants de Misrata sont disciplinés, aguerris et qu'ils ont avec eux un atout : une victoire militaire déjà obtenue" face aux forces fidèles à Mouammar Kadhafi, a déclaré à l'AFP l'écrivain Bernard-Henri Lévy, à l'issue de la rencontre.

Se voulant optimiste, la Maison Blanche a affirmé que "tous les indicateurs" montraient que le dirigeant libyen perdait prise sur son pays."Il contrôle de moins en moins de territoire, l'opposition est à l'offensive dans de nombreux endroits du pays" et "l'approvisionnement de Kadhafi en carburants et en argent liquide est interrompu".

De son côté, Mouammar Kadhafi a assuré qu'il ne céderait pas."Nous marcherons sur ces villes (Benghazi et Misrata) contrôlées par les traîtres et les mercenaires de l'Otan pour les reprendre", a-t-il dit dans un nouvel enregistrement sonore.