Pegasus/Maroc: Alger condamne et exprime sa "profonde préoccupation" (officiel)

22 juillet 2021 à 21h32 par AFP

AFRICA RADIO

Alger a exprimé jeudi sa "profonde préoccupation" à la suite de révélations de presse selon lesquelles l'Algérie faisait partie des victimes du logiciel espion israélien Pegasus.


"L'Algérie exprime sa profonde préoccupation suite aux révélations (...) faisant état de l'utilisation à large échelle par les autorités de certains pays, et tout particulièrement par le Royaume du Maroc, d'un logiciel d'espionnage dénommé +Pegasus+ contre des responsables et citoyens algériens", affirme le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué."L'Algérie condamne vigoureusement cette inadmissible atteinte systématique aux droits de l'Homme et libertés fondamentales qui constitue également une violation flagrante des principes et normes régissant les relations internationales", ajoute le ministère, estimant que "cette pratique illégale, malvenue et dangereuse, met en péril le climat de confiance qui doit présider aux échanges et interactions entre les responsables et représentants des Etats"."Etant directement concernée par ces attaques, l'Algérie se réserve le droit de mettre en oeuvre sa stratégie de riposte et se tient prête à participer à tout effort international destiné à établir collectivement les faits et à faire la lumière sur la matérialité et l'ampleur de ces crimes qui menacent la paix et la sécurité internationales, ainsi que la sécurité humaine", souligne le communiqué."Toute impunité constituerait un précédent extrêmement dommageable à la conduite de relations amicales et de coopération entre les Etats conformément au droit international", conclut-il.Le parquet général d'Alger avait auparavant a ordonné l'ouverture d'une enquête préliminaire.Cette affaire survient au moment où les relations entre l'Algérie et le Maroc -- accusé d'avoir eu recours au système Pegasus, pour espionner journalistes, militants ou personnalités politiques, y compris à l'étranger -- sont au plus bas en raison du contentieux du Sahara occidental.