Pistorius: un responsable des services pénitentiaires suggère une peine d'intérêt général

Par La rédaction

Pretoria (AFP)

Un responsable des services pénitentiaires sud-africains a suggéré lundi qu'Oscar Pistorius soit condamné à une peine d'intérêt général de 16 heures de travail par mois, provoquant la fureur du procureur qui veut une condamnation plus dure pour l'homme qui a tué sa petite amie en 2013.

"Il fera huit heures deux fois par mois" pendant trois ans, sous le régime des arrêts domiciliaires, a suggéré Joel Maringa, travailleur social dans le système pénitentiaire, qui est venu lire le rapport établi sur Pistorius par ses services. 

"L'accusé bénéficiera d'une surveillance correctionnelle, et aura la possibilité de se restructurer et de modifier son comportement", a-t-il ajouté.

Les bras au ciel, le procureur Gerrie Nel a explosé, traitant cette proposition d'"inappropriée et choquante!"

Le père de Reeva Steenkamp, Barry, s'est pris la tête entre les mains pendant que M. Mariga s'exprimait, alors que les proches autour de lui hochaient la tête en signe d'incompréhension et de désapprobation.

Dans son contre-interrogatoire, M. Nel a demandé à M. Maringa s'il avait bien conscience du fait que Pistorius avait abattu sa petite amie de quatre balles de fusil, en pleine nuit du 14 février 2013.

La juge n'a pas retenu l'accusation de meurtre, mais a reconnu l'ex-champion paralympique coupable d'homicide involontaire par imprudence.

Dans ce cas, la peine peut varier d'une simple amende à plusieurs années de prison, à la discrétion du juge.