RDC: des opposants arrêtés et maltraités, selon une ONG

28 septembre 2010 à 12h20 par La rédaction

KINSHASA (RDCongo) (AFP)

L'ONG congolaise de défense des droits de l'homme la Voix des sans voix (VSV) a dénoncé mardi l'arrestation d'une trentaine de militants du parti de l'opposant Etienne Tshisekedi, dimanche à Kinshasa, et leur passage à tabac.

Contacté par l'AFP, l'inspecteur provincial de la police n'a pas souhaité faire de commentaires.

Vingt-huit militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ont été interpellés, certains sur les lieux d'une réunion politique qu'ils comptaient organiser et d'autres au commissariat de police où ils étaient venus s'enquérir de la situation de leurs camarades arrêtés, selon un communiqué de VSV.

"Les victimes ont été copieusement passées à tabac et fait l'objet d'une violence inouïe de la part des policiers" avant d'être "jetées" dans le cachot d'un commissariat "où elles ont passé la nuit en détention dans des conditions inhumaines", écrit l'ONG.

La Voix des sans voix a réclamé la "libération immédiate" des militants qui ont été transférés depuis lundi au parquet de grande instance de Kinshasa.

"On leur reproche la destruction d'une pare-brise d'une jeep de la police", a déclaré à l'AFP Me Shabani Lokoo, cadre à l'UDPS et avocat des détenus.

Selon lui, les autorités locales étaient informées de la tenue de la réunion et ne l'avait pas interdite.Le matériel de sonorisation et des chaises pour la réunion ont été emportés par les policiers, selon VSV.

L'organisation a dénoncé "l'instrumentalisation partisane de la police et des services de sécurité en cas de manifestations pacifiques de l'opposition, contrairement à celles des partis politiques proches du pouvoir".

Dans un entretien paru lundi dans Jeune Afrique, Etienne Tshisekedi, président de l'UDPS et candidat déclaré à l'élection présidentielle prévue en 2011, a lancé une charge virulente contre le président congolais Joseph Kabila et dénoncé son bilan, selon lui, désastreux.