RDC: Tshisekedi préside une cérémonie boycottée par ses partenaires de la coalition

Par la rédaction Africa Radio

AFRICA RADIO

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a pris part mercredi à une cérémonie officielle au siège du Parlement, boycottée par ses partenaires de la coalition fidèles à l'ancien président Joseph Kabila et majoritaires au Parlement.

Les deux doigts de la victoire levées, M. Tshisekedi a été accueilli sous les ovations par ses partisans qui scandaient des slogans hostiles aux absents. Le chef de l'État est resté environ une heure dans la grande salle du Parlement pour recevoir les serments de trois juges de la Cour constitutionnelle qu'il a nommés par ordonnance en juillet. Issus de la majorité parlementaire fidèle à l'ancien président Kabila, la présidente de l'Assemblée Jeanine Mabunda et celui du Sénat Alexis Thambwe Mwamba étaient absents, tout comme le Premier ministre Sylvestre Ilunga.

Dans un communiqué mardi soir, le Front commun pour le Congo (FCC) de M. Kabila avait dénoncé une "cérémonie irrégulière" et "la violation du siège du Parlement". Ils avaient lancé un appel à la "population" contre "toute tentative de passage en force". Le FCC dénonce "l'inconstitutionnalité" des deux ordonnances présidentielles du 17 juillet. Seuls les ministres et parlementaires pro-Tshisekedi ont donc assisté à la cérémonie, ainsi que des responsables des confessions religieuses et quelques diplomates, dont l'ambassadeur des États Unis.Des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti de M. Tshisekedi, ont également pris place dans la salle habituellement réservée au débat de l'Assemblée nationale.

La Cour constitutionnelle a le pouvoir de valider ou d'invalider les candidatures à la prochaine élection présidentielle prévue fin 2023.La Cour peut également valider ou invalider les résultats de l'élection présidentielle proclamée par la Commission électorale, si elle est saisie."Remplacer des juges aux ordres d'un Kabila par des juges aux ordres d'un Tshisekedi, ce n'est pas faire progresser l'État de droit", a réagi le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) sur Twitter."Très regrettable que la bataille électoraliste pour 2023 commence tôt, par le contrôle de la Cour constitutionnelle, alors qu'aucun jalon de réforme électorale n'est jusqu'à présent posé", a écrit Juvénal Munubo, un député de la coalition pro-Tshisekedi.