Somalie: les insurgés assoient leur présence dans les montagnes du nord

22 juillet 2010 à 12h32 par La rédaction

ERIGAVO (Somalie) (AFP)

Un chef de milice et trafiquant d'armes entraîne des insurgés islamistes shebab dans le nord de la Somalie, mettant à profit le terrain accidenté et les grottes de cette zone montagneuse qui pourrait devenir un nouveau Tora Bora, selon les autorités locales.

Mohamed Said Atom, qui fait l'objet de sanctions des Nations unies pour avoir violé l'embargo sur les armes en Somalie, a établi plusieurs camps dans la chaîne montagneuse de la région de Sanaag, frontière naturelle entre les deux régions autonomes du nord du pays, le Puntland et le Somaliland.

Les shebab, qui se réclament d'Al-Qaïda, sont surtout implantés dans le centre et le sud du pays où ils tentent de renverser le gouvernement de transition à Mogadiscio.

Mais leur première action d'envergure à l'extérieur de Somalie -- le double attentat de Kampala du 11 juillet (76 morts) -- et le regain d'activité d'Atom et de ses hommes dans les montagnes de Sanaag ont ravivé les craintes de déstabilisation du Somaliland et du Puntland.

"Atom a des liens avec Al-Qaïda et représente les shebab dans la région", a affirmé à l'AFP le colonel Mohamed Jama, un haut responsable sécuritaire du Puntland.

"Nous recevons des informations selon lesquelles il a mobilisé des centaines de militants islamistes dans les villages proches de Sanaag Bari", a-t-il ajouté.

"Nos forces de sécurité sont tout à fait prêtes à lancer une offensive contre ces terroristes qui ont fait de la région un refuge et entendent nous déstabiliser", a-t-il ajouté.

Selon les habitants de Galgala au Puntland, au moins 400 combattants s'entraînent régulièrement dans la région, où le drapeau noir des shebab flotte sur plusieurs villages.

"Le nombre de militants islamistes rassemblés par Atom dans la région a énormément augmenté.Nous en voyons certains juchés sur des pick-up avec des mitrailleuses lourdes et des lance-roquettes, en train de faire du prosélytisme", rapporte Hussein Sahal, un chef coutumier de Galgala.

"Ils ont plusieurs camps militaires dans les montagnes où ils entraînent de jeunes hommes, la plupart de la région.Il sera très difficile, pour toute armée, de les combattre", estime un autre notable de Galgala, Abdi Haji Sugule.

Cette chaîne de montagnes, les Golis, est difficile d'accès et criblée de grottes, offrant un repaire parfait pour les insurgés shebab, selon des responsables locaux.

"Atom vient d'ici mais il a d'anciennes connections avec un certain nombre de réseaux islamistes à travers le monde", assure Bile Mohamoud, un responsable sécuritaire dans la capitale économique du Puntland, Bossasso.

Issu du clan Warsangeli, Atom est né à Galgala vers 1966 et est à la tête de sa milice depuis 2006 au moins.Le groupe onusien chargé de l'embargo le décrit comme un trafiquant d'arme et l'un des principaux pourvoyeurs des shebab.

"Nous pensons qu'il veut faire de ces montagnes les plus difficiles d'accès de Somalie un refuge pour Al-Qaïda", ajoute M. Mohamoud.

"Vous ne pouvez pas déloger une armée bien entraînée de ces montagnes, à moins de disposer de matériel militaire hi-tech", estime-t-il.

"C'est comme Tora Bora en Afghanistan", poursuit-il, en référence à un réseau de grottes dans des montagnes de l'est de l'Afghanistan attaqué par les Etats-Unis en 2001 pour en déloger des chefs taliban et Oussama Ben Laden.

Abdi Saleban, un responsable sécuritaire du Somaliland, basé à Erigavo, a confirmé que le chef de milice Atom s'était récemment renforcé, mais a assuré que les troupes du Somaliland étaient prêtes à lui faire face.

"Nous connaissons les mouvements dans les montagnes de ce militant lié à Al-Qaïda, mais nos forces sont prêtes et en état d'alerte", a-t-il affirmé.