Tribunal spécial pour la Sierra Leone: l'avocat de Taylor quitte la salle

Par La rédaction

LEIDSCHENDAM (Pays-Bas) (AFP)

L'avocat de l'ancien président du Liberia Charles Taylor a quitté la salle d'audience mardi matin, refusant d'assister au début du réquisitoire de l'accusation devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL).

"Nous ne pensons pas qu'il soit approprié pour nous de participer" au réquisitoire de l'accusation, a déclaré l'avocat de Charles Taylor Courtenay Griffiths aux juges du TSSL qui siège à Leidschendam, près de La Haye.

L'avocat a quitté la salle d'audience pour protester contre la décision des juges de ne pas accepter le dépôt tardif d'un document.

Le procès de Charles Taylor, premier chef d'Etat africain poursuivi par la justice internationale, s'était ouvert en janvier 2008 aux Pays-Bas, où il a été délocalisé pour raison de sécurité.Le jugement est attendu mi-2011.

L'ancien président du Liberia, âgé de 62 ans, est accusé d'avoir fourni armes et munitions en échange de diamants aux rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) durant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001).  Charles Taylor nie avoir reçu des diamants du RUF et plaide non coupable de onze chefs d'accusation --pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre--, notamment meurtres, viols et enrôlement d'enfants soldats.