Un médecin cubain contaminé par Ebola en Sierra Leone

Par La rédaction

Freetown (AFP)

Un médecin cubain a été contaminé par Ebola en Sierra Leone, où Cuba a envoyé 165 personnels soignants pour lutter contre l'épidémie, conformément à sa tradition de coopération médicale depuis les années 1960, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Le Dr Felix Baez Sarria, 43 ans, arrivé début octobre avec une soixantaine de médecins, dont des épidémiologistes, et une centaine d'infirmiers pour se déployer dans le pays sous l'égide de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), va être évacué vers un hôpital de Genève.

Au total, Cuba a envoyé au total quelque 250 professionnels de santé dans les pays d'Afrique de l'ouest frappés par Ebola: outre la Sierra Leone, 49 au Liberia voisin, le pays le plus touché, où ils gèrent un centre de traitement d'Ebola ouvert au début du mois au ministère de la Défense, et 35 en Guinée.

Le chef de la délégation cubaine, Jorge Delgado Butillo, a indiqué à l'AFP que le praticien malade, spécialiste de médecine interne, a ressenti de la fièvre dimanche mais ne présentait aucun autre symptôme de la maladie.

Il a été aussitôt emmené au centre de traitement d'Ebola de la Croix-Rouge à Kerry Town (à une heure de la capitale), où il a été testé positif.Il doit être évacué très rapidement vers Genève pour y être soigné, a précisé le Dr Delgado, sans donner de date.

Selon lui, "le Dr Baez est en bonne condition, c'est un homme solide de 43 ans.Son état n'est pas critique.Je suis sûr qu'il va s'en remettre".

"Nous n'avons aucune idée encore de la façon dont il a pu être infecté, nous enquêtons", a-t-il dit.

Dans un communiqué publié à La Havane, le ministère cubain de la Santé a indiqué que le Dr Baez, membre de la brigade du contingent international "Henry Reeve", spécialisé dans les interventions d'ugence, était soigné par des médecins britanniques à Kerry Town. 

Un responsable administratif de l'équipe médicale envoyée en Guinée y est mort de paludisme le 27 octobre et a été inhumé à Conakry, la capitale, le 1er novembre.

 

- Barrière de la langue -

 

Le contingent cubain commence tout juste à se déployer dans l'ouest de la Sierra Leone, dans les centres de Kerry Town (106 lits) avec la Croix-Rouge, celui de Hastings - 120 lits, seul hôpital 100% sierra-léonais - et prochainement Port Loko, au nord-est de Freetown.

Selon le Dr Delgado, directeur adjoint de la Coopération médicale de Cuba, qui dirige la mission, ils ont d'abord été formés et entraînés à traiter des patients atteints du virus Ebola, hautement contagieux et au port de la combinaison intégrale, les fameux "PPE" (Protective Personal Equipment) par plus de 30 degrés.

"Nos médecins et nos infirmières savent poser des intraveineuses et faire des piqures, mais bien sûr Ebola c'est nouveau pour nous", a reconnu le Dr Delgado. 

Autre barrière: la langue, d'autant plus que la majorité de la population de Sierra Leone, pays officiellement anglophone, parle surtout le krio.

"C'est vrai notre anglais n'est pas bon!", a concédé en souriant le Dr Delgado, "mais nous avons suivi des cours organisés pour nous par l'OMS et dans quelques mois ça ira mieux".

Depuis 1960, date à laquelle Cuba a envoyé pour la première fois un contingent de médecins après un séisme au Chili, le régime a dépêché pas moins de 135.000 effectifs médicaux à travers le monde.

En Afrique, après l'Algérie nouvellement indépendante en 1963, ses équipes ont prêté main forte aux populations du Mozambique et d'Angola lors de leurs guerres civiles, intervenant du côté du régime face aux rebelles, ainsi qu'en Guinée Equatoriale et Guinée-Bissau.

"Nous avions même une petite mission en Sierra Leone depuis trois ans, avec une brigade de 24 personnels - dermatologue, pédiatre, gynécologue et infirmiers, intervenant dans tout le pays", a souligné le Dr Delgado.

Pour lui, la mésaventure du Dr Baez doit amener toute l'équipe à se "montrer encore plus prudente"."Mais nous allons continuer à travailler, nous n'avons pas peur", a-t-il assuré.