Zambie: violente charge de l'ambassadeur britannique contre la corruption

Par AFP

AFRICA RADIO

L'ambassadeur britannique en Zambie s'est livré mardi à un réquisitoire public aussi violent qu'inédit contre la corruption du gouvernement du président Edgar Lungu, auquel son pays a suspendu depuis l'an dernier son aide bilatérale.

"La corruption tue aussi sûrement que n'importe quelle arme à feu", a affirmé le diplomate, Fergus Cochrane-Dyet, lors d'un discours prononcé alors qu'il achève sa mission à Lusaka."Elle prive les Zambiens des ressources publiques vitales, des forêts qui protègent leurs réserves d'eau, de sa faune sauvage renommée et des emplois que les entreprises étrangères pourraient lui offrir", a poursuivi M. Cochrane-Dyet.L'ancienne colonie britannique a été le théâtre ces dernières années de plusieurs affaires retentissantes de détournement de fonds publics qui ont éclaboussé le régime.La dernière en date implique une ex-ministre, inculpée pour des malversations lorsqu'elle occupait le portefeuille des Services sociaux. Ce dossier a poussé l'an dernier le Royaume-Uni à geler son aide à la Zambie, évaluée à 47 millions d'euros pour l'année budgétaire 2018-2019.Depuis sa réélection en 2016, M. Lungu est régulièrement accusé de corruption et de dérive autoritaire par l'opposition.Le mois dernier, le chef de l'Etat s'en est vivement pris à des manifestants anticorruption qui avaient défilé dans la capitale en les accusant de vouloir "retourner les citoyens" contre lui.Victime de la chute des cours du cuivre, sa principale ressource, l Zambie est étranglée par une forte dette publique, qui s'élève officiellement à près de 9 milliards d'euros. Mais les marchés soupçonnent le gouvernement d'en cacher une bonne partie.Lors de son discours d'adieu, l'ambassadeur britannique a également exhorté le régime à déclarer l'état d'urgence en raison de la famine qui menace 2,5 millions de Zambiens.Le gouvernement a jusque-là refusé de le faire."Déclarer l'urgence permettrait de débloquer l'aide internationale", a plaidé le diplomate. "Des gens vont mourir de malnutrition (...) des Zambiens qui refusent l'urgence devraient faire leur examen de conscience", a-t-il lancé.L'Afrique australe est victime de sécheresses récurrentes liées au réchauffement climatique qui menacent sa sécurité alimentaire.