Somalie: le député Hamza Abdi Barre nommé Premier ministre

AFRICA RADIO

15 juin 2022 à 15h36 par AFP

Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud a nommé Hamza Abdi Barre au poste de Premier ministre, un mois après son élection à la tête de ce pays instable de la Corne de l'Afrique, confronté à une insurrection islamiste et une famine imminente.

Député de l'Etat du Jubaland (sud) âgé de 48 ans et membre du parti du président, Hamza Abdi Barre devient le 21e Premier ministre de la Somalie, succédant à Mohamed Hussein Roble qui occupait le poste depuis septembre 2020. "Le président souhaite le plus grand succès au nouveau Premier ministre dans l'ambitieux programme de réforme du gouvernement qu'il mènera et appelle le peuple somalien à lui apporter son soutien indéfectible", a déclaré la présidence dans le communiqué officialisant sa nomination. Face aux journalistes, Hamza Abdi Barre s'est dit "très heureux d'avoir (la) confiance" du président, évoquant l'"énorme tâche" qui l'attend. "Je promets de travailler jour et nuit pour faire mon travail (...) et je formerai un gouvernement de haut niveau", a-t-il ajouté. Cette nomination lance l'installation d'une nouvelle administration, un mois jour pour jour après l'élection d'Hassan Cheikh Mohamoud pour un deuxième mandat de président, après avoir dirigé le pays de 2012 à 2017. Cette élection était attendue pour mettre un terme à une profonde crise politique qui a miné le pays, retardant de plus d'un an les élections. Son prédécesseur Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, nourrissait notament des relations conflictuelles avec son Premier ministre Mohamed Hussein Roble ainsi qu'avec plusieurs Etats fédérés, dont le Jubaland. Hamza Abdi Barre a été élu en décembre député de Kismayo, la capitale commerciale du Jubaland. Il a également dirigé la commission électorale de cet État en 2019-2020. Il a auparavant été secrétaire général du Parti pour la paix et du développement - aujourd'hui Union pour la Paix et le Développement - de sa fondation par Hassan Cheikh Mohamoud en 2011 jusqu'en 2017. Il a également été conseiller auprès du ministre des Affaires constitutionnelles au sein du gouvernement fédéral entre 2015 et 2019, après avoir été conseiller auprès maire de Mogadiscio durant un an. Diplômé en management dans des universités de Malaisie et du Yémen, ce père de huit enfants a également été impliqué dans le secteur de l'éducation, co-fondant l'université de Kismayo et dirigeant un réseau communautaire visant à reconstruire à ce secteur après les décennies de guerre civile qui ont ravagé le pays à partir de 1991. Le nouveau pouvoir à Mogadiscio devra combattre l'insurrection lancée il y a 15 ans par les islamistes radicaux shebab, qui restent solidement implantés dans de vastes zones rurales, et la menace d'une famine imminente causée par l'une des pires sécheresse depuis 40 ans. Dans son discours d'investiture le 9 juin, Hassan Cheikh Mohamoud a également promis d'oeuvrer à "la stabilité politique par la consultation, l'approbation mutuelle et l'unité entre (...) le gouvernement fédéral et les États membres fédéraux".